Partager

La causerie avec ATT ou « Baro » : L’incompréhension du 08 mars s’invite encore

Selon ATT, « Bè bé i ba bolo » est une vieille parole pleine de sens. Un bon ou mauvais enfant a toujours été indexé à travers le bon ou le mauvais comportement de sa mère. Une ancienne vérité de la société traditionnelle malienne. Mais, de là à dire qu’il s’est senti épuisé ou incapable d’assumer ses fonctions, il y a un pas que ses détracteurs ont voulu franchir. Toujours selon ATT, sa pensée a été trahie par des gens malintentionnés. maliweb.net.

Citant un ancien responsable du pays, il dira que « la parole, c’est comme un homme que l’on a vu nu ( comme un ver de terre ) en famille ; puis, revu au cours d’un cérémonial bien habillé avec souliers, vestes, cravates et chapeau melon ». Comme pour dire que la parole n’a de sens vrai que dans le contexte et le lieu où elle est employée. Ayant d’autres idées derrière la tête, les détracteurs du chef de l’ATT ont , peut-être , voulu attribuer un autre sens à « bè bé bi ba bolo ».

Joli coup pour ceux qui ont voulu interpréter en leur manière le dicton.ATT se justifie sur tous les toits


Financement des partis politiques : Plus d’autres mesures exceptionnelles

Sur 117 partis politiques, seulement cinq avaient valablement répondu aux critères de financement, conformément à la charte des partis. Néanmoins, le Chef de l’Etat avait pris l’engagement de distribuer de l’argent public à d’autres formations politiques qui ne méritaient pas l’aide de l’Etat. Désormais, tout parti qui ne répondra pas aux critères fixés par la charte des partis, ne bénéficiera plus d’aucune aide publique de l’Etat. Parole de chef d’Etat.

50 partis fictifs au Mali

Au Mali, il existe 50 formations politiques qui ne répondent vraiment pas aux critères réels de partis politiques. Et pourtant, toutes ces formations voulaient leur part de l’aide publique de l’Etat aux partis politiques. Le multipartisme intégral est-il viable ? A la commission en charge du dossier de répondre.


Révision de l’article 30 de la Constitution : ATT n’adhère pas au débat

Beaucoup de rumeurs avaient circulé à Bamako à propos d’un déverrouillage du mandat présidentiel.

Aux termes de l’article 30, ce quinquennat est le dernier mandat d’ATT .Mais, selon certaines personnes de mauvaise foi, ATT voulait amender ledit article pour briguer un troisième mandat. Le Chef de l’Etat a été, on ne peut plus, clair : il affirme ne pas adhérer à ce débat qui n’engage que ses auteurs.


Donc, le 08 juin 2012, ATT passera le témoin à un autre.



Au Mali, enseigner ne rend pas riche

C’est par amour de la profession qu’on doit devenir enseignant sinon, enseigner ne rend pas quelqu’un riche au Mali, dixit ATT.

Les agresseurs du Professeur Djibonding Dembélé devant les tribunaux

Selon ATT, tous ceux qui se sont rendus coupables de correction du Professeur de Droit Administratif, Djibonding Dembélé , de la FSJP sont incarcérés à la Maison d’Arret Centrale de Bamako, en attendant leur comparution devant les tribunaux.

Les Etudiants de la FSJP et la FSEG bientôt sur la Colline de Badalabougou.

La semaine prochaine, tous les étudiants de l’ex – ENA seront répartis entre les deux nouveaux blocs (FSJP et FSEG) sis sur la colline de Badalabougou. Maintenant, finies les prises de notes au ciné Bakaïna de Sogoniko, au Centre Commercial Tomota de l’ACI ou à Azar Center.

Privatisation de la Sotelma : Bientôt !

Dans quelques mois, la Sotelma aussi passera dans les mains des privés. Ainsi, 51% du capital seront détenus par un actionnaire de référence à désigner, 20% par l’Etat, 19% par les privés et 10% du capital seront détenus par les travailleurs. Wait and see !


Privatisation de la CMDT : Zakariyaou Diawara monte au créneau.

Au cours de sa conférence de presse de la semaine dernière, le Secrétaire Général du Syndicat de la filière coton M. Zakariyaou Diawara a été, on ne peut plus, clair : Nous ferons tous pour que la CMDT ne soit pas privatisée ; car nous les travailleurs, n’avons rien à gagner dans la privatisation de la CMDT


Qui de l’Etat ou du syndicat de M.Diawara aura le dernier mot ? Le temps nous édifiera.


7 milliards de Francs CFA pour hôpital

La révélation a été faite le samedi dernier par le chef de l’Etat au cours de sa causerie avec les hommes de média à Koulouba. En effet, le plus grand hôpital du pays qui sera construit dans deux ans à Sikasso, en 3ème région coûtera 7 milliards de francs CFA.

A propos de la cherté de la vie :

« Même le prix du coq, qui a été transporté à bicyclette du village pour la ville, a augmenté à cause de la hausse du prix du pétrole », dixit ATT à nos confrères qui l’interrogeaient en Bambara à l’occasion du sixième anniversaire de son investiture.

Conférence de Presse de ATT boudée

Les confrères qui avaient été embastillés à l’issue de l’affaire « la Maîtresse du Président de la République » ont unanimement boudé la conférence de presse du Président de la République, au matin du 08 juin à Koulouba. Aucun d’entre eux n’a effectué le déplacement, comme pour dire au Maître de Koulouba qu’ils n’ont pas oublié ou pardonné. Peut-être que le 08 juin 2009, ils se présenteront des excuses, après avoir vidé le contentieux.

Soumeylou Boubeye Maïga très choyé à Koulouba

L’ancien ministre de la Défense et des Anciens Combattants était la vedette de la conférence de presse du Général ATT. En effet l’ancien Directeur de la Sécurité d’Etat a été cité au moins une demi-dizaine de fois par le Maître des lieux comme pour dire à tout le monde que la hache de guerre est maintenant enterrée. Même dans sa déclaration liminaire, Soumeylou a été cité par ATT.

A défaut de lui trouver un autre point de chute juteux, ATT prouve qu’il est fin diplomate, capable de solder le contentieux qui l’oppose à son jeune frère de très longues dates.

A SBM de capitaliser ce soudain intérêt de Koulouba pour lui. ATT étant celui qui instruit même les contentieux issus des renouvellements des structures de bases de l’ADEMA.


Inspection du Travail du District de Bamako : Une calamité

Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès, a-t-on coutume d’entendre. A l’inspection du travail de Bamako, les employeurs indélicats peuvent tout se permettre à condition de s’entendre avec certains agents de cette structure. Ces agents proposent souvent aux employés en difficulté avec leur employeur d’écrire séance tenante leur démission. A défaut, contre les largesses de l’employeur, ils font tout pour minimiser les droits de l’employé. Comme quoi mieux vaut accepter tout avec son patron que de croire en la justice du travail à Bamako.

Affaire à suivre.

Nouvelliste

Du 12 Juin 2008