Partager

Depuis le déploiement des forces onusiennes dans notre pays, certaines jeunes filles de la capitale malienne ont coupé le fil d’avec leur petits copains afin d’aller à la conquête des soldats pour faire la nouba avec eux. Ces relations sont-elles basées sur un amour véritable ou sur l’appât du gain facile ?

« Le malheur des uns fait le bonheur des autres », cette citation sied bien à cette situation. Le déploiement des forces onusiennes dans la capitale malienne a causé le courroux de certains jeunes couples Bamakois. Certaines Bamakoises ne jurent point que par ces porteurs de godasses et elles utilisent toutes les astuces possibles afin de parvenir à leur fin. La devanture des restaurants chics et supers marchés qui sont le creuset de ces soldats sont pris d’assaut par ces filles afin de conquérir le cœur ou du moins la poche des militaires. Si les maliens dans leur majorité ont salué l’éclatante intervention de la force serval qui a délogé les extrémistes des régions nord du Mali, ils ont émis des doutes par rapport au déploiement des forces onusiennes car leur passage dans certains pays de la sous région a été un véritable désordre.

« Ces soldats des forces onusiennes au lieu de ramener la paix, implantent plutôt des drapeaux du désordre avec comme corollaires la prolifération des maladies sexuellement transmissibles (MST). Certaines filles sans conscience se donnent à ces militaires justes à cause de leurs billets de dollars ou euro. Après le départ de ces forces, elles contamineront les jeunes maliens et c’est bonjour les dégâts. Ce sont des comportements qui n’honorent pas du tout la réputation de notre cher Mali. Un vieux pays avec un passé élogieux ne mérite pas un tel sort. Les parents doivent remodeler leur système d’éducation afin de bannir à jamais ces comportements inhumains et déshonorants des filles » déplore un jeune malien. Une d’entre elle qui a préféré garder l’anonymat affirme qu’elle a toujours rêvé d’avoir des enfants métisses.

« Ce déploiement des militaires dans notre pays est une aubaine pour assouvir ce désir » ; a-t-elle déclaré. Avant d’ajouter : « J’ai rencontré l’un d’eux dans un supermarché de la place. Depuis ce jour ma vie à pris une autre tournure. Je compte même m’acheter une voiture sous peu afin de voguer entre les rues de Bamako. Ce sont des militaires qui pompent de l’argent. J’en profite bien avant de prendre congé de lui. Je sais que tôt ou tard ils rentreront dans leur pays. Mais avant ce départ, moi aussi je pomperai un peu de sous. Mes copines m’envient et veulent tous m’emboiter le pas en me rejoignant dans mon royaume luxueux », a-t-elle témoigné. Aicha Coulibaly sort avec un militaire onusien et certifie que son amour envers ce dernier n’a pas un soubassement lucratif. « J’ai toujours eu un faible envers les porteurs d’uniformes. Ils ont toujours un plus que les autres n’ont pas surtout…. Ils donnent la satisfaction totale sur ce plan. On peut rencontrer l’âme sœur partout sur cette terre. Même s’il n’avait pas eu ce déploiement dans notre pays, certaines filles allaient rejoindre ces militaires.

Toutes les filles veulent avoir un foyer apaisé au sein duquel règne une ambiance sereine et cordiale. Ce n’est pas seulement les jeunes filles qui convoitent les militaires onusiennes, même certaines femmes mariées se bousculent devant leurs restaurants à la recherche d’un second bureau», précise Aicha. Situation dénoncée et décriée à l’ avance par les maliens. Ils sont désormais les témoins oculaires et souvent même des victimes du déploiement de ces militaires prodigues qui raflent les filles de la capitale des trois caïmans au désarroi des jeunes Bamakois qui restent pantois devant le spectacle. Ah l’argent quand tu nous tiens !

Moussa Samba Diallo

Le Républicain du 26 Septembre 2013