Partager


Faut-il le rappeler, seulement deux partis membres du FDR (RPM, PARENA) sur plus d’une dizaine, ont fait leur entrée à l’Assemblée nationale, à l’issue des élections législatives de 2007.

Toute chose qui, selon certains observateurs de la scène politique, constitue une lueur d’espoir pour le FDR, un regroupement politique qui, depuis sa création, s’est illustré dans l’opposition avec l’ambition de faire l’alrtenance.

Ces analystes estimaient que le RPM de Ibrahim Boubacar Kéïta et le PARENA de Tiébilé Dramé formeront un groupe parlementaire soudée et solide afin de défendre, à l’Hémicycle, la cause du regroupement politique (FDR) dont ils sont partis membres.

Aussi, nombreux sont les militants et responsables du parti du Tisserand qui avaient mûri cette idée. “L’élection du président du RPM, Ibrahim Boubacar Kéïta, et de certains cadres valeureux du FDR à l’Assemblée signera désormais la fin de l’atypisme politique au Mali...”, avait laissé entendre le secrétaire général du RPM, Dr Bokary Tréta, dans une déclaration diffusée dans la presse.

Mais hélas, le ralliement du PARENA au parti SADI, le vendredi 21 septembre 2007, pour former un groupe parlementaire, a non seulement donné tort aux tenants de cette l’hypothèse, mais aussi laissé plus d’un perplexe.

En effet, comment le Dr Oumar Mariko du parti SADI a-t-il accepté de faire équipe avec le PARENA de Tiébilé Dramé? N’est-ce pas lui qui clamait : “Je ne veux pas me lancer dans un combat douteux avec des gens douteux…”?, s’interrogent certains observateurs. L’allustion s’adressait à IBK et Tiébilé.

Pour d’autres, cette situation signe le début d’un divorce consommé entre le parti du Tisserand et celui du “Bélier blanc” depuis la constitution des listes de candidatures aux élections législatives de 2007 où IBK avait refusé de faire alliance avec une militante du PARENA, en Commune IV.

Reste à savoir si la lune de miel qui prévaut actuellement entre le PARENA et le parti SADI fera long feu. Et si leur amitié ficellée à la faveur de la constitution des groupes parlementaires ne s’effritera pas après la formation du bureau parlementaire prévue ce lundi 24 septembre 2007.

En effet, les visions politiques du Dr Mariko du parti SADI et celles des deux premières pointures du PARENA -le président et le secrétaire général des Béliers blancs- sont assez divergentes sur bien des points pour s’accorder.

Autrement dit, dans leur croisade pour la cause de l’Opposition, les partis SADI et PARENA risquent fort de faire chacun cavalier seul. Toute chose qui n’augure pas une implantation significative de l’Opposition au sein de l’Assemblée nationale.


Moussa TOURE

25 septembre 2007.