Partager

nioronara1.jpg
On comprend aisément la joie intense des habitants du Kala en accueillant leur hôte de marque.
Des villages environnants et même de Ségou et Bamako, ils avaient convergé vers la capitale du riz à dos d’âne, en charrettes et à bord des véhicules de tous gabarits pour accueillir le président de la République et sa délégation.

L’imposante place de l’indépendance de Niono était noire de monde. La foule massée de part et d’autre de la voie bitumée scandait : « ATT homme de parole » ; « Merci ATT pour tout ce que vous faites…« . Les nombreux arrêts imposés au cortège par les populations des villages jalonnant le chemin a occasionné un léger retard qui n’a en rien entamé l’enthousiasme des Nionois.

Dans son adresse de bienvenue, le maire de la ville, Aboubacar Fomba, a remercié le chef de l’État d’avoir tenu parole. « Comme à l’accoutumé, la promesse a été tenue. Nous en sommes fiers. Nous vous disons merci président ATT« , a-t-il lancé à l’adresse du président Touré.

Une artère vitale

A sa suite, le ministre de l’Équipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga a décrit la nouvelle route Niono-Nara comme une artère vitale pour le Sahel occidental et un vecteur de progrès économique pour notre pays tout entier. « Elle permet aux producteurs de l’Office du Niger d’écouler leur abondante production sur des marchés de l’intérieur de notre pays, mais aussi sur ceux de l’extérieur, notamment la Mauritanie voisine », a souligné le ministre Séméga.

Bien avant la flambée du prix des produits alimentaires sur le marché mondial suite à la crise alimentaire que le monde découvre avec stupéfaction et le risque de famine généralisée qui plane sur le monde, notre pays, relève-t-il, avait fait de l’agriculture le socle de son développement économique et social.

« Et le pendant naturel de cette politique novatrice et volontariste, est assurément le désenclavement intérieur par la mise en place d’une base d’infrastructures solides connectant les zones de production aux zones de consommation« , a précisé le ministre Séméga.

La nouvelle route contribuera à améliorer l’accès aux services sociaux de base, notamment les écoles, les centres de santé, les marchés. Sans compter qu’elle permettra de réduire le coût de transport et d’écourter le temps du parcours. Déjà une forte augmentation du trafic automobile est perceptible à travers le pointage régulier effectué pendant les travaux.

Ainsi entre Molodo et Sokolo, 96 poids lourds ont été enregistrés en une seule journée pendant la période de commercialisation du riz, entre novembre et décembre 2006. La route permettra aussi d’acheminer les productions de l’ON vers les zones déficitaires du Sahel occidental.

Par ailleurs, les forages réalisés ont permis d’améliorer le cadre de vie dans les villages bénéficiaires, s’est réjoui le ministre Séméga qui a remercié la Banque mondiale pour sa contribution de taille à la réalisation du projet.
La route Nara-Niono fait partie des 513 km de pistes prioritaires dans les régions de Koulikoro, Ségou et Mopti, ciblés par le premier programme national d’infrastructures rurales financées avec l’aide de la Banque mondiale.

Ses travaux de construction ont commencé en janvier 2003 en même temps que ceux des pistes Banamba-Niono et Djenné-Mounia-Saye. Les travaux ont été malheureusement interrompus à la suite de la défaillance de l’entreprise attributaire du marché.

Après la résiliation du contrat en juin 2004, le projet a été redimensionné et attribué à l’entreprise chinoise COVEC-Mali, suite à un appel d’offre international.

Le coût de réalisation du projet est de 4,188 milliards de Fcfa, hors taxe et un délai d’exécution de 12 mois. Conjointement financés par la Banque mondiale (90%) et le gouvernement (10%), les travaux, notifiés à l’entreprise COVEC le 30 août 2006, se sont achevés dans le délai contractuel et ont respecté l’enveloppe financière disponible.


2550 Arbres plantés

Les travaux réalisés portent sur une longueur de 243 km, y compris la section urbaine de Nara. La piste réalisée comporte une plate-forme de 6 m, une chaussée en terre large de 5 m, élargie à 6 en certains endroits, 2 accotements de 1m. Elle comporte également 59 ouvrages d’assainissement.

5 pompes à motricité humaine ont été installées dans autant de villages. Le forage de Tiendehi, abandonné depuis 5 ans, a été réhabilité à la demande des habitants de la commune de Nara. Sur le plan environnemental, 2550 arbres ont été plantés sur 7 sites du projet, totalisant une superficie globale de 3 ha.

Le chef de l’État, au regard des avantages procurés par la nouvelle route à peine ouverte à la circulation, a remercié la Banque mondiale. Évoquant la sécurité alimentaire, Amadou Toumani Touré a révélé que l’Office du Niger changera bientôt de statut pour relever son niveau institutionnel à hauteur d’ambitions.

Il a ensuite annoncé des projets d’aménagement de plaines à Molodo et l’agrandissement du canal du Sahel.

Le financement de l’aménagement des 100 000 ha par la Cen-sad a déjà été bouclé, a indiqué le président Touré en situant le début des travaux d’ici la fin de cette année. « La Libye a annoncé l’aménagement de 25 000 ha« , a précisé le chef de l’État.

Évoquant « l’initiative riz » du gouvernement, le président Touré a jugé inconcevable qu’avec son potentiel agricole, notre pays souffre encore de crise alimentaire. « Le Mali figure parmi les pays à fortes potentialités agricoles avec plus de 2 millions de terres aménageables« , a-t-il fait remarquer.

Amadou Toumani Touré est revenu à nouveau sur la situation du Nord. D’un ton ferme, il a enjoint aux bandes armées de cesser leurs attaques. « Si on m’impose la force, je l’emploierai sans état d’âme« , a averti le chef de l’État, appelant nos compatriotes au discernement pour ne pas tomber dans le piège de l’amalgame.

« Les fauteurs de trouble n’attendent que cela pour un embrasement général qui n’épargnera pas la grande majorité des Targuis qui n’ont rien à voir avec la crise », a-t-il expliqué.

Le président Touré a ensuite réitéré son attachement à la vertu du dialogue et rappelé que 12 milliards de Fcfa ont été mobilisés pour le financement du Programme de développement de la région de Kidal (PDRK).

Envoyés spéciaux

A O. DIALLO

O. DIOP

15 Mai 2008