Partager

Jeudi dernier, le ministre de l’Équipement et des Transports, Abdoulaye Koïta, en compagnie de son homologue tunisienne, Mme Belhadj Khayach Samira, ont visité le chantier de la route Bamako-Naréna.

Mme Belhadj Khayach Samira est présente dans notre pays, dans le cadre de la réunion du comité de liaison de la Route transsaharienne.

Mesurer l’avancement des travaux, recenser les difficultés et envisager avec les responsables de l’entreprise, les mesures à prendre pour accélérer le rythme des travaux, étaient les principaux objectifs de cette visite.

D’un coût de 18,6 milliards de Fcfa au lieu des 17 milliards initialement prévus, la route Bamako-Naréna longue de 91 km est un tronçon de la voie reliant Bamako à Conakry, le port le plus proche de notre capitale.

En effet, rarement, chantier de construction de route aura accusé un tel retard au Mali.

En 2002, les travaux de cette route ont été lancés par le président Amadou Toumani Touré.
L’entreprise tunisienne Etep, responsable des travaux, a eu déjà trois prolongations du délai d’exécution, dont la dernière, fixe la fin des travaux au 31 décembre prochain.

Etep, a connu de nombreuses difficultés, comme, la faible capacité financière de l’entreprise, l’insuffisance et l’inadéquation de son matériel, la mauvaise organisation du travail, la configuration du terrain qui ont longtemps freiné, et même arrêtés totalement les travaux par moment.

Ainsi, afin que le chantier soit mené à terme dans les plus brefs délais, autorités maliennes et tunisiennes ont décidé de se donner la main.

Lors de leur visite, les deux ministres ont pu constater, que sur les 91 km, 50 ont été entièrement revêtus sur la partie en rase campagne.

Les travaux de terrassement et de fondation sont quasiment terminés sur l’ensemble du chantier.

La partie de route qui va traverser la ville de Bamako, initialement prévue sur 9 km, va finalement s’étendre sur 5 km.
Les travaux réalisés sur ces 5 km consistent au creusement de canaux d’assainissement sur les deux cotés de la voie, et l’élargissement de celle-ci pour en faire une artère de quatre voies.

Ce travail a déjà été fait et dans les semaines à venir, l’entreprise va construire le terre-plein central et installer les poteaux d’électrification.

Concernant l’ensemble du chantier, suite aux fortes pluies qui continuent de tomber sur la zone, les travaux sont totalement au ralenti.
Donc, l’entreprise en attendant, procède à l’entretien de l’ensemble de la voie afin de maintenir la fluidité de la circulation, car depuis le lancement du chantier, le trafic entre Bamako et Conakry s’est considérablement accru.

De même, les deux ministres, ont aussi visité les deux stations de concassage de l’entreprise où sont stockées 40.000 tonnes de concassés.

Durant la visite, suspension des pénalités de retard infligées à l’entreprise, a été annoncée par la partie malienne.

Tout en saluant l’esprit de collaboration qui prévaut entre Maliens et Tunisiens sur le chantier, Mme Belhadj Khayach Samira a donné la garantie que l’entreprise s’emploiera à achever le chantier, dans les délais prévus

Quant à l’entreprise, engagement a été pris par cette dernière, à tout mettre en oeuvre pour accélérer ses procédures de décaissement et à prendre en charge la mission de contrôle qui a épuisé son délai contractuel du fait des multiples prolongations du délai d’exécution.

18 septembre 2006.