Partager

L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour le sahel, Romano Prodi, a donné ce jeudi 10 janvier 2013, un point de presse à l’hôtel Salam. Il avait à ses cotés, son conseiller spécial, Alessandro Ovi et le coordinateur du système des Nations Unies au Mali, Aurelien A Agbenonci. Ce point de presse intervient après sa rencontre avec les plus hautes autorités et leaders du Mali.

La visite de Romano Prodi au Mali intervient dans un contexte de détérioration de la situation sécuritaire du pays. En cette période difficile que traverse le pays, l’envoyé spécial a tout d’abord réitéré le soutien de l’organisation des Nations Unies au peuple et autorités maliennes. Il a également rappelé les dispositions pertinentes de la Résolution 2085 qui met l’accent sur les dispositions de l’accord cadre signé le 6 avril 2012 visant à établir un dialogue politique inclusif, à définir une feuille de route pour la transition, rétablir l’ordre constitutionnel et l’unité nationale.

Dans le même ordre d’idées, l’organisation des nations unies se propose d’appuyer les autorités de transition afin de mettre en place rapidement un cadre de référence crédible de négociations avec les groupes armés. Prodi a ensuite rappelé que la résolution 2085 du conseil de sécurité de l’Onu exigeait des groupes rebelles maliens qu’ils rompent tout lien avec les organisations terroristes et prennent à cet effet des mesures concrètes. Il a exhorté toutes les parties prenantes au conflit à respecter strictement le droit international humanitaire et à cesser tous les types d’abus et de violation des droits de l’homme.

Parallèlement, Monsieur Prodi a mentionné les dispositions de la même résolution autorisant le déploiement de la mission internationale de soutien au Mali sous conduite Africaine (Misma). A la réponse des questions des journalistes, Romano Prodi a indiqué qu’il n’est pas un orfèvre sur le plan militaire. Mais il se dit personnellement très préoccupé par des événements qui étaient tout à fait inattendus au Mali. Il n’a non plus donné un délai précis pour une intervention internationale au Mali.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain du 11 Janvier 2013