Partager

Le Centre Aoua Keita a abrité du 11 au 13 juillet dernier, un atelier de formation organisé par le Fonds d’Appui à l’Autonomisation de la Femme et à l’Epanouissement de l’Enfant (FAFE) à l’endroit des femmes leaders des partis politiques. Le thème de cet atelier était « femme-instance de prise de décision–rôle et responsabilités de la femme dans la vie des partis politiques et le renforcement de la démocratie ».C’était en présence de la porte-parole du Cadre de Concertation des Femmes des Partis Politiques, MaïgaOumou Dembélé, de la coordinatrice du FAFE, Kanté Fatoumata Diankoumba et de plusieurs femmes leaders des partis politiques.

D’entrée de jeu, Mme MaïgaOumou Dembélé, après avoir rappelé le sujet du jour, dira que le gouvernement du Mali, dans sa politique de promotion de la femme, a mis en place un Fonds d’Appui à l’Autonomisation de la Femme et à l’Epanouissement de l’Enfant. Selon elle, plusieurs motivations sous-tendent ce renforcement de capacité des femmes du Cadre de Concertation des Femmes des Partis Politiques à savoir, leur capacité de résilience, leur rôle incontestable dans le processus de développement, de renforcement de la paix et de la cohésion sociale, leur capacité de mobilisation, entre autres.
« Le présent projet femme-instance de prise de décision-rôle et responsabilités de la femme dans la vie des partis politiques et le renforcement de la démocratie ouvrira-t-il la voie à l’autonomisation de la femme et à l’épanouissement de l’enfant ?

Nous osons croire ! Car l’implication des femmes dans la vie politique et dans les questions de renforcement de la démocratie multipartite voire dans les instances de prise de décision est incontournable dans le contexte actuel si nous voulons atteindre l’objectif général de cet atelier à savoir : améliorer les statuts et l’épanouissement politique de la femme dans l’espace de prise de décision du système démocratique multipartite malien », a-t-elle expliqué.Avant de poursuivre qu’au regard des enjeux liés à l’autonomisation de la femme, la participation des femmes à la gestion des affaires publiques est perçue comme un droit fondamental et une exigence démocratique. Toutes choses indispensables au renforcement de la démocratie et à l’épanouissement de la femme.

Pour sa part, Kanté Fatoumata Diankoumba, coordinatrice du FAFE, ajoutera que cette initiative gouvernementale est la réponse à une volonté politique dans le cadre de l’autonomisation de la femme et l’épanouissement de l’enfant qui, en plus d’être un choix humain, est considérée comme un élément fondamental du développement durable. Selon elle, l’objectif du FAFE est de promouvoir l’autonomisation de la femme et l’épanouissement de l’enfant. Elle a rappelé qu’en 2016, le Cadre de Concertation des Femmes des Partis Politiques a bénéficié du soutien du FAFE à travers son guichet 2 : le leadership féminin et la participation politique de la femme. Avant de conclure qu’au cours de cet atelier, 50 femmes leaders des partis politiques seront formées.

Fatoumata Fofana

Du 14 Juillet 2017