Partager

Le Reflet : Qu’est-ce qui explique la présence de Cuba à cette 9è session de l’Assemblée paritaire ACP/UE de Bamako ?

Rogelio Polanco
: Notre présence à ce sommet de Bamako s’explique par notre position à l’échiquier politique international. Certes, Cuba n’est pas un membre plein de l’assemblée ACP/UE, mais elle n’est qu’un pays observateur. C’est la solidarité des pays ACP avec Cuba qui a permis notre présence à cette importante réunion de Bamako au cours de laquelle nous allons évoquer notre situation difficile sur le plan international et défendre les droits des pays sous-développés. Nous voulons que, au cours de cette session, les relations entre les pays ACP et UE soient clarifiées et qu’elles deviennent beaucoup plus intéressantes pour nos Etats. Nous souhaiterons également renforcer nos relations avec les pays ACP. Le Mali et Cuba peuvent davantage renforcer leur coopération Sud-Sud.

-Qu’est ce que Cuba entend concrètement faire au cours de cette réunion ?

-R.P :
Notre objectif, au cours de cette réunion, c’est la création d’un Parlement ACP pour permettre à ces pays de se mettre au même niveau de coopération que les pays de l’U.E. Aujourd’hui, il est inacceptable qu’il n’existe pas encore un Parlement ACP tandis que le Parlement Européen a été mis en place depuis très longtemps. La rencontre de Bamako est un cadre idéal pour combler ce vide et d’établir de nouvelles bases de coopération entre les pays ACP et UE sans poser de conditionnalité politique. C’est aussi un cadre idéal pour les pays ACP de discuter de leurs problèmes sociaux et politiques.

-Pourquoi les relations entre les pays UE et Cuba sont-elles très tendues ?

R.P :
Les pays de l’Union européenne ont refusé de lever leurs sanctions économiques contre Cuba soi-disant qu’elle ne respecte pas les droits humains. Je dirai que c’est injuste de leur part. Je peux vous assurer que Cuba a fait beaucoup d’efforts pour améliorer les droits humains. Aujourd’hui, c’est l’un des rares pays où plus de la moitié du budget national est consacrée à l’éducation, à la santé et au bien-être des citoyens. Nous avons un taux de mortalité plus bas que les Etats-Unis. Cuba est aussi le seul pays au monde où l’on ne dépense pas de l’argent dans la campagne électorale.

Propos recueillis

Par Madiba Kéita

19 avril 2005