Partager

Les dieux sont tombés sur la tête serait-on tenté de dire. L’ex-milliardaire et député de Kénièba, Babani Sissoko, a été expulsé hier de sa maison de l’hippodrome par l’un de ses créanciers du nom de Boubacar Djigué qui était à ses trousses depuis des années. De sources concordantes, le député de Kénieba avait contracté un prêt de 150 millions FCFA en 2007 auprès du sieur Djigué en faisant dation du payement de sa maison. N’ayant pas pu honorer son engagement, il a été expulsé de cette vaste demeure estimée à plus d’un milliard de FCFA.

Les habitants de l’hippodrome, un quartier résidentiel de Bamako étaient hier surpris de voir aux environs de 8 heures un camion de transport de troupe bourré de policiers bloquer l’accès à la rue de la résidence du député de Kenièba. Au même moment une dizaine d’enfants transportaient les affaires de Babani avant de les jeter à la devanture de sa porte. L’information qui a vite fait le tour du quartier a été ressentie par de nombreuses personnes comme un coup de massue.

Selon de nombreux témoignages recueillis auprès de ses proches, tout serait parti d’un prêt de 150 millions que Babani avait contracté auprès d’un opérateur économique du nom de Boubacar Djigué en 2007. « Il a fait un prêt de 150 millions auprès du sieur Djigué en faisant dation de payement de sa maison. Ce qui suppose à l’époque que s’il n’avait pas pu payer le prêt dans 2 mois, celle-ci devenait la propriété de Boubacar Djigué. A l’expiration du délai, il n’a pas pu honorer son engagement car il comptait sur la vente de son hôtel Mariétou Palace pour rembourser le sieur Djigué en question. Cette vente ayant pris du temps Boubacar Djigué a introduit différentes procédures au niveau du tribunal de la commune II pour réclamation de somme et expropriation forcée » a déclaré un de ses avocats. Aussi, un autre d’ajouter que lorsque Babani a pu vendre son hôtel aux Libyens pour un montant de plus de 3 milliards de FCFA, il a remis 700 millions de FCFA à un autre avocat pour éponger toutes ses dettes avec comme priorité le sieur Djigué. « Celui-ci a demandé dans un premier temps 250 millions y compris les dommages et intérêts et après il a monté la barre en réclamant 1 milliard de FCFA à Babani.

La réalité est que la maison était transférée au nom de Boubacar donc il ne voulait pas la remettre à Babani » indique un proche du milliardaire ruiné. Faut-il rappeler que la valeur réelle de cette demeure litigieuse vaut plus d’un milliard de FCFA. Car, selon l’un de ses ex -avocats à son retour au bercail, l’enfant de Dabia a acheté cette maison (qui appartenait dans le temps à feu Tiècoro Bagayogo) avec Mafa Haïdara pour 600 millions de FCFA. Avant d’entreprendre d’autres travaux.

La propriété en question est un vrai labyrinthe avec 30 chambres, 10 salons, une salle de conférence, une mosquée pour ne citer que ceux-là. En tout cas dans cette histoire, c’est Boubacar Djigué qui est sorti largement gagnant, car pour avoir prêté 150 millions FCFA, il se trouve aujourd’hui avec une demeure d’un milliard. Et nombreux sont nos compatriotes qui se demandent si l’enfant de Dabia mérite un tel sort. Lui qui avait une flotte d’avions, des hôtels dans la sous région et qui ne fréquentait que des présidents, distribuait des villas, voitures, des liasses d’argent de gauche à droite. « Il est le premier à acheter un véhicule pour l’équipe nationale, il a rapatrié tous nos compatriotes refoulés du Congo à ses frais en leur remettant également de l’argent de poche » témoigne une de ses connaissances dépitée.

En tout cas, la générosité de Babani avait fait le tour du monde. Cependant, il faut souligner que depuis des années, plusieurs créanciers étaient à ses trousses. Son expulsion hier de cette demeure constitue sans nul doute le jour le plus sombre de sa vie.

Kassoum THERA

L’Indépendant du 11 Décembre 2012