Partager

Une caravane de presse était hier mardi 15 août à Djenné pour visiter les réalisations faites par le Programme de développement de l’irrigation (PDI).

Conduite par Gaoussou Barry  du Programme de développement de l’irrigation dans le bassin  du Bani et à Sélingué, une caravane de presse était dans le cercle de  Djenné hier mardi 15 août pour visiter les ouvrages réalisés par le programme dans le cadre de la sécurité alimentaire. Après un briefing avec le coordinateur local du programme Doudou Touré, la délégation s’est rendue sur le terrain.

La première étape de cette visite a concerné l’ouvrage de contrôle de la plaine  de Pondori qui a un débit de 200m3/s. Selon le chargé des infrastructures du programme à Djenné Salif Traoré, le barrage de Pondori est un ouvrage régulateur qui permet d’alimenter la plaine. Il a été réalisé  en 2015.

 Cette première étape a été suivie par la visite du seuil de Djenné sur le Bani long de 315m construit en béton et comprenant 7 passes.  Selon le chargé toujours des infrastructures Salif Traoré, les travaux de construction du  seuil de Djenné sont repartis en 3 lots.

Le premier lot concerne le génie civil, le second porte sur les équipements hydromécaniques et le troisième fait référence au pont-route du seuil. A l’en croire, les travaux de ce dernier lot n’ont pas véritablement démarré à cause de certaines modifications en cours. Le démarrage effectif des travaux est prévu pour février 2018 et la livraison  en avril de la même année.

La troisième étape de la journée a été la visite du centre de Sarantomo, choisi pour assurer la formation des paysans, comprend une chambre froide pour la conservation du poisson, une salle de conditionnement, etc.

A Tacko, la délégation a été informé du processus a permis le déplacement des villages pour la construction du seuil de Djenné. Il s’agit de Tacko, Soala et Kouin. Les habitants de ces villages déplacés ont été indemnisés à  hauteur de 224 millions de  FCFA payés en 3 tranches. Ces villages ont aussi bénéficié  des infrastructures socio-économiques notamment un centre de santé, une école, quatre forages équipés, un centre d’alphabétisation, trois PPM. Auxquels, il faut ajouter trois magasins de céréales, trois réseaux électriques, trois moulins pour les femmes. Aussi, les femmes ont été formées en techniques de maraîchage
.
La journée a pris fin par la  visite  de l’ouvrage  de Soala dont l’alimentation en eau est  conditionnée à la pluie et le barrage de vidange.

Zakariyaou Fomba

16 Aout 2017