Partager

La revue 2007 de la performance du portefeuille de projets et programmes financés par la Banque mondiale au Mali a débuté hier dans un hôtel de la place. Trois jours durant, les 150 participants devront se pencher sur les projets et programmes financés par la BM dans notre pays tout en identifiant les contraintes majeures qui se posent au niveau de la mise en œuvre des projets et trouver les modalités pour une meilleure utilisation des ressources ainsi que la pérennisation des acquis.

« Cet exercice, aux dires du représentant résidant de la BM au Mali Alassane Diawara, apparaît comme un des principaux temps forts de notre partenariat. Il nous donne l’occasion de mener une analyse des forces et des faiblesses des opérations de la Banque mondiale au Mali, créant ainsi, une opportunité cruciale d’améliorer les conditions de préparation et de mise en œuvre des dites opérations ».

Il se déroule dans un contexte marqué par l’adoption, par le gouvernement, du nouveau Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté et la préparation de la prochaine stratégie d’assistance de la Banque mondiale pour le Mali couvrant la période 2007-2010. Ce qui fera dire au ministre de l’Economie et des Finances Abou-Bakar Traoré que la présente revue pourra orienter la prochaine Stratégie d’assistance pays de la Banque pour la période 2007 à 2011 en préparation, sur les types d’activités à mener et sur le choix des instruments à utiliser.

Treize projets dont 2 nouveaux

Le portefeuille actuel de l’IDA au Mali comporte, pour un engagement total de 542,4 millions de dollars et un solde disponible de 310 millions de dollars à la date du 10 mars 2007, treize opérations dont deux nouvellement approuvées par le conseil d’administration au cours de l’exercice fiscal 2007 ; à savoir : le 2e Projet d’investissement du secteur éducation (Pise-II) et le 1er Crédit d’appui à la stratégie de réduction de la pauvreté (CASRP 1).s

Les opérations en cours de préparation et qui pourraient entrer dans le portefeuille au cours de cette année fiscale 2007 sont au nombre de trois pour une enveloppe prévisionnelle de 122 millions de dollars. Il s’agit du 2e Projet sectoriel des transports et de deux crédits supplémentaires en préparation pour le compte du Pasaop et du Pise-II.

Cependant, dira le ministre, beaucoup reste à faire pour consolider les réformes déjà entreprises et placer le Mali dans une situation plus confortable afin d’accélérer la croissance et réduire la pauvreté.

Le chef de file des partenaires techniques et financiers (PTF), Dynoodt Ronny, a salué l’implication active et constructive de l’équipe de la BM, et en particulier, de son représentant, dans la promotion de l’efficacité de l’aide dans le cadre du CSCRP.

« Désormais, a-t-il dit, nous sommes loin des actions isolées, et la Banque mondiale se profile comme une institution ouverte au dialogue, cherchant à améliorer le niveau de performance et d’impact sur le terrain à travers des leçons apprises et des recommandations concrètes ». Et de poursuivre qu’au cours des 5 derniers mois, nous avons assisté à une évolution remarquable dans la volonté des PTF à arriver à une programmation conjointe à travers une stratégie conjointe d’assistance pays, mais aussi et surtout à un dialogue intensifié avec le gouvernement du Mali. C’est donc avec confiance, mentionnera-t-il, que la Belgique passera le flambeau de chef de file des PTF à la Banque mondiale à partir du 1er avril prochain pour 6 mois.

Outre le secteur des finances, les interventions de la BM s’étendent sur les secteurs du développement rural, l’infrastructure, l’éducation, la santé, l’énergie, le transport, etc.

Sidiki Y. Dembélé

28 mars 07