Partager

Vers la généralisation de la gestion axée sur les résultats (GAR)


La revue 2007 du Cadre stratégique de croissance et de réduction de la pauvreté (CSCRP) troisième du genre, s’est ouverte hier, au Centre international de conférences de Bamako.

Regroupant les représentants des organisations et agences internationales d’aide au développement, des départements ministériels, des organisations de la société civile et du secteur privé, cette revue a pour objectif de faire ressortir les forces et les faiblesses de cet ambitieux programme gouvernemental et surtout de généraliser, désormais, la gestion axée sur les résultats.

Lancé en décembre 2006, le Cadre stratégique de croissance et de réduction de la pauvreté (CSCRP) qui a succédé au Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) constitue le principal instrument de négociation avec les partenaires au développement.

C’est pourquoi, il est considéré par l’ensemble des acteurs de la lutte contre la pauvreté comme l’unique cadre de mobilisation et de mise en synergie des efforts de développement. L’objectif global visé par le CSCRP en 2007 était d’impulser une croissance forte et soutenue (environ 7%) et de réduire significativement la pauvreté.

Une année donc après sa mise en œuvre, il était donc opportun de faire l’évaluation afin d’examiner les résultats atteints par axe, les forces et les insuffisances des résultats acquis et de faire des recommandations pour les deuxième et troisième années (2008 et 2009) de mise en œuvre.

L’objectif de l’évaluation est de s’assurer que les politiques et stratégies gouvernementales de croissance et de réduction de la pauvreté sont appliquées, de manière satisfaisante, pour atteindre à court terme, les objectifs définis par le CSCRP et, à moyen terme, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

L’évaluation se base en premier lieu sur une analyse rétrospective des questions relatives à la mise en œuvre des politiques, stratégies et actions prévues, à l’utilisation des ressources financières et humaines disponibles, à l‘atteinte des objectifs et aux problèmes et contraintes.

La présente revue, qui est la première de l’ère CSCRP, se tient dans un contexte international caractérisé par la mobilisation renouvelée et l’engagement renforcé de tous les acteurs au développement autour de l’efficacité de l’aide.

La revue se tient aussi juste après la Table ronde des bailleurs de fonds dont les résultats permettent au gouvernement d’engager une action globale de développement plus intense, mieux structurée et plus efficace, capable d’accélérer la croissance économique et de réduire la pauvreté de façon significative et durable.

Les travaux de la revue seront alimentés par les conclusions et recommandations des revues sectorielles mais aussi par celles des travaux de quatre grands groupes thématiques du CSLP : Cadre macroéconomique et budgétaire et analyse de la pauvreté ; développement des infrastructures et des secteurs productifs, développement institutionnel et amélioration de la gouvernance et développement humain durable et accès aux services sociaux de base.

Si la journée d’aujourd’hui est réservée aux techniciens pour échanger à fond sur les documents, l’après-midi de demain concernera la partie politique de la revue avec les membres du gouvernement et les Chefs des agences d’aide et de coopération qui vont se pencher sur les rapports des techniciens.

Le Secrétaire général du ministère de l’Economie, de l’industrie et du commerce, Mamadou Traoré, qui a présidé la cérémonie d’ouverture, a insisté sur l’importance des débats techniques dont les résultats seront déterminants dans la réussite de la partie politique.

C’est pourquoi, il a invité les participants à « des débats francs pour approfondir les analyses contenues dans les documents de travail et déboucher sur les résultats à hauteur d’attente ». M. Traoré a conclu en les exhortant « à hiérarchiser les recommandations pour mieux faire ressortir les priorités et faciliter leur adoption et leur mise en œuvre ».


Youssouf CAMARA

10 Juillet 2008