Partager

Un bilan globalement positif et des perspectives prometteuses

Présenter le rapport annuel conjoint 2006 de la coopération entre le Mali et l’Union européenne dans le cadre du 9e FED d’une part, le Document de stratégie pays et le Programme indicatif national du 10e FED d’autre part. Tel était l’objectif de l’atelier tenu hier jeudi 17 mai à l’hôtel Salam sous la présidence de Moctar Ouane, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, en présence d’Irène Horejs, chef de la Délégation de la Commission de l’Union européenne et des ministres de l’Administration territoriale et des Collectivités locales ; de l’Agriculture ; du Plan et de l’Aménagement du territoire.

La revue de la coopération entre les deux parties est l’occasion d’analyser le rapport conjoint 2006 «qui analyse la situation politique, économique et sociale du Mali, évalue la coopération Mali-Union européenne à travers la mise en œuvre des programmes financés – dans le cas d’espèce – par les ressources du 9e FED et permet d’en apprécier les résultats – jugés très positifs en l’occurrence. La revue annuelle est aussi l’occasion de dégager les perspectives et, dans le cas présent, d’arrêter le Document de stratégie pays et le Programme indicatif national pour la période 2008-2013».

C’est en ces termes que Moctar Ouane a précisé l’objet de la rencontre d’hier jeudi. Irene Horejs a abondé dans la même direction en ajoutant qu’il s’agit de «partager les résultats obtenus». Avant de rappeler que, l’année dernière, des discussions ont été engagées sur des thèmes sous-tendant la programmation du 10e FED.

C’était l’occasion, en effet, de mettre en exergue les performances réalisées par le Mali dans la mise en œuvre des programmes financés par son partenaire dans les secteurs de concentration. Il s’agit d’abord des infrastructures routières pour désenclaver le Mali vers les capitales côtières comme Dakar, Nouakchott et Lomé via Niamey en vue de contribuer à la compétitivité et à la diversification de l’économie malienne. Des réalisations sont ainsi en cours dans ce domaine telles que les routes Gao-Ansongo-Labezanga jusqu’à la frontière du Niger, Kati-Kita, Diéma-Nioro et Didiéni-Diéma.

Il s’agit aussi de l’appui macro-économique, domaine dans lequel a été tenue, en 2006, la 1re revue conjointe du CSLP et élaboré le Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté. S’agissant de la décentralisation et de l’appui institutionnel, l’on note le démarrage des programmes d’appui relatifs à la réforme de l’administration (PARAD) et au développement des régions du Nord (ADERE-Nord) financés en appui budgétaire sectoriel.

Dans le domaine dit « domaine hors concentration« , des résultats positifs ont été obtenus avec la mise en œuvre du Programme d’appui au renforcement des initiatives des acteurs non étatiques (ARIANE) et de l’appui aux opportunités de développement des filières agricoles.

Moctar Ouane s’est félicité qu’à l’issue de la revue à mi-parcours et de la revue finale, ainsi que des transferts de reliquats non engagés des FED antérieurs, le Mali ait bénéficié d’une enveloppe A, mobilisable de 273 milliards de F CFA, engagée à plus de 94 % avec un taux de décaissement de plus de 62 %.

Pour ce qui est de la présentation du Document de stratégie pays et du Programme indicatif national du 10e FED, trois remarques ont été faites par le Ministre. Il s’agit de la tenue de cet atelier à peine un an après le Séminaire régional des ordonnateurs nationaux du FED d’Afrique de l’Ouest sur la programmation du 10e FED tenu à Ouagadougou. La deuxième observation concerne le fait que le Document de stratégie pays du Mali a retenu deux domaines de concentration dont le premier concerne la poursuite des réformes et s’articule sur des programmes d’appui au CSCRP, à la réforme de l’Etat et à la gestion des migrations et le second vise l’appui aux secteurs productifs (transports, production agricole, gestion des ressources naturelles, industrie culturelle).

Quant au domaine hors concentration, il concerne la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau potable et l’appui à l’ordonnateur national du FED, c’est-à-dire le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. La troisième remarque, c’est que le Mali a bénéficié d’une enveloppe initiale fixe de 274 milliards de F CFA en attendant que cette dotation annuelle soit bonifiée par la tranche incitative consécutive à la bonne exécution du profil de gouvernance.

A noter que le Mali occupe le 2e rang des pays africains bénéficiaires de l’aide européenne.

Zoubeirou MAIGA

18 mai 2007.