Partager

Un conflit oppose les internes hospitalo-universitaires à l’administration de la Faculté de Médecine de Pharmacie et d’Odonto Stomalogie (FMPOS) au sujet de la tenue d’un concours d’intégration de 48 internes dans les structures hospitalières.

Après la tenue de ce concours le jeudi dernier, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 juillet, le décanat de ladite faculté a été incendié par des éléments réticents à la tenue d’un tel concours.

LE CONCOURS A MOBILISE PEU DE POSTULANTS

Dans le cadre de ce recrutement, 48 postes étaient concernés, conformément aux besoins des structures hospitalières. Mais, seuls 50 candidats avaient postulé parmi le nombre d’internes des centres hospitalo-universitaires. Ainsi, peut-on dire que les internes ont boudé le recrutement par voie de test.

Cette situation peut s’expliquer par la volonté de la coordination nationale des internes d’empêcher par tous les moyens le recrutement par le canal du concours.

LE DEROULEMENT DES EPREUVES

Malgré la volonté ferme de la coordination des internes d’empêcher la tenue de ce concours, il a eu lieu le jeudi 12 juillet dans l’une des grandes salles de la FMPOS. Ils étaient 50 postulants dont 44 en médecine et les 6 autres en pharmacie. Et les candidats, selon leur spécialité, ont composé.

Il faut le rappeler que l’arrêté n°071604MS SG portant l’organisation du concours des internes pour les centres hospitalo-universitaires du Point G; de l’institut d’Ophtalmologie Tropicale Africaine (IOTA), du Centre National d’Odonto -Stomatologie (CNOS) et de Gabriel Touré a fixé à 48 le nombre de candidats pouvant bénéficier du statut d’interne dans les hopitaux nationaux du Mali.

LE DECANAT DE LA FMPOS INCENDIE

D’après nos informations, le decanat a été attaqué dans la nuit du vendredi au samedi. C’est au cours d’une opération municieusement organisée par des élements mécontents de la tenue du concours des internes. C’est ainsi que les vitres du decanat ont été brisés. Dans la salle des professeurs, les chaises et les tenues des professeurs ont été transformées en cendres. A ces dégâts, s’ajoute les quatre voitures entièrement calcinées.

Après cet acte de vandalisme, trois membres du gouvernement se sont rendus sur place pour constater. Ils ont tous manifesté leur adhésion à la tenue dudit test pouvant réglémenter les structures hopitalo-universitaires de notre pays, afin de les rendre plus dynamiques.

Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

17 juillet 2007.