Partager

jpg_une-6.jpgAinsi on arrive à la trompeuse conclusion que si ça ne va pas, si ça coince, c’est parce que l’autre ne s’acquitte pas de son devoir. Dès cet instant, on ne se reproche plus de rien et on ne fait plus rien. On se convainc que si l’autre jouait bien son rôle, les choses marcheraient mieux.

Cette démarche est mauvaise et même très mauvaise par ce qu’elle culpabilise à souhait le partenaire conjugal d’en face tout en soustrayant l’autre de ses responsabilités. Le résultat est qu’on attend tout de l’autre et on ne fait rien. Quand vous demandez à l’un des partenaires ce qu’il attend de l’autre, il tracera un chapelet de comportements, de paroles et gestes. Demandez-lui ce qui lui incombe à lui, et il demeurera bouche bée. Il sait ce que l’autre doit faire, mais de ce que lui doit faire, il n’en a aucune notion. A croire que certains partenaires conjugaux ne connaissent que les devoirs pour les autres et ignorent sordidement les leurs.

Après avoir lu mon dernier article dont le titre était : « Recette pour garder son épouse en bonne forme« , certains lecteurs ne se sont pas gênés de m’envoyer des « balles réelles », m’accusant d’en demander trop aux hommes. Un des lecteurs m’a même dit que je connaissais mal les femmes, car en les entretenant comme dit dans l’article, elles trouveront les moyens de se donner à d’autres hommes et de terminer par cette injonction : « Laissons-les telles qu’elles (les femmes) sont : Crasseuses, mal habillées et indésirables et ainsi elles n’auront pas de preneurs dehors« . Terrible, tout cela !

J’ai décelé à travers ces écrits que dès l’instant où l’on met l’être humain devant son cahier des charges, il en rechigne, se révolte et esquive. C’est vrai que nous sommes dans une société où les droits sont plus réclamés tandis que l’on fait moins mention des devoirs. Seulement, ç’aurait-il avoir des droits rien que des droits et cela sans les devoirs ?

Dans la vie du couple, on est dans un tout autre monde, un monde du donner avant celui du recevoir. C’est une logique implacable. Avant de faire une liste de ce que l’autre ne fait pas, de ce qu’il aurait dû faire et de ce qu’il aurait dû être, faites d’abord votre propre liste, celle qui vous concerne personnellement. Avant de vous plaindre de votre conjoint (e), n’y aurait-il pas sujet à vous plaindre de vous-même ? Dans la vie conjugale, il faut apprendre à se noter avant de noter l’autre. Quelle moyenne avez-vous ? Quelle note donnez-vous de vos paroles, de vos faits et gestes ?

Je sais qu’il est difficile de s’auto-évaluer, mais alors, faites-vous évaluer par votre partenaire, par vos enfants. Demandez-leur d’être les plus vrais et les plus objectifs possibles dans leur notation. Je crois que la vraie satisfaction n’est pas de se dire comblé par l’autre, mais de l’avoir comblé. On sait alors que l’on a fait ce que l’on devait faire et que l’on est ce que l’on devait être, c’est-à-dire un partenaire conjugal vraiment responsable qui s’acquitte convenablement de ses devoirs. Le vrai bonheur n’est pas dans ce que l’autre fait pour moi mais dans ce que je fais pour lui. Si le bonheur et la réussite du partenaire deviennent prioritaires, on ne se lassera pas d’être entreprenant et créatif. On sera tellement pris par le souci du devoir bien accompli, qu’on n’aura pas le temps et encore moins le penchant de ressasser les manquements et autres faiblesses de l’autre. Il en va ainsi de la réussite de la vie conjugale : que chacun joue sa partition et de la meilleure façon.

Réponse à une question

Un lecteur écrit : « J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article portant sur « Recette pour garder son épouse en bonne forme ». C’est une bonne recette, mais j’ai des inquiétudes et surtout une question. Ne pensez-vous pas que si l’épouse est en bonne forme, elle ne serait pas tentée de flirter avec d’autres hommes ?  »

Réponse :

Votre question est intéressante si tant est que votre désir est que votre épouse en bonne forme soit à vous et à vous seul.

Deux remarques s’imposent :

Premièrement : Si votre épouse veut flirter, elle trouvera les moyens de se faire belle et désirable par d’autres hommes. Elles se mettra en forme avec ou sans votre apport. Ce n’est donc pas en la gardant crasseuse que vous vous assurerez de sa fidélité. Si elle veut vous tromper, elle le réussira.

Deuxième remarque : Pourquoi les hommes sont toujours enclin à la méfiance vis-à-vis de leurs épouses ? Comprenez bien ceci : le mariage doit avoir pour fondement l’amour et aimer c’est avoir confiance. Passer son temps à soupçonner son épouse de mauvais comportements et d’infidélité et vouloir mettre des garde-fous est la preuve d’insuffisance ou du déficit total d’amour. Comment peut-on vivre à deux toute une vie avec une telle attitude ?

Enfin, cher lecteur, retenez qu’il relève de votre devoir de faire de sorte que votre épouse vive et qu’elle vive bien. Aucun sacrifice ne sera de trop pour cela.


Rock Audacien D.Damiba,

Conseiller conjugal

Email : damibashalom @ yahoo. fr

Lefaso