Partager

Ils ont perdu le nord. Tous deux. Il s’agit de la République du Mali et de l’État indépendant de l’Azawad. Ils ont perdu le nord, au propre comme au figuré. Au figuré parce que les loyalistes maliens et les indépendantistes touareg ne savent plus où donner de la tête ni sur qui compter désormais.

Le gouvernement et l’armée maliens ne jouissent pas de la confiance de la communauté internationale, et le Mouvement nationale de libération de l’Azawad (Mnla) n’est plus sûr aux yeux de ses soutiens occidentaux, algériens et mauritaniens. Au propre parce que depuis le 1er avril, les forces armées et de sécurité (Fas) ont déserté, tour à tour, Kidal, Gao et Tombouctou, parce que depuis ce mois de juillet, le Mnla a été définitivement chassé du nord, de tout le nord, y compris de ses fiefs traditionnels que sont Menaka et Ansongo.

Désormais, les islamistes radicaux (Ansar Eddine et Mujao) et les jihadistes salafistes (Aqmi) règnent en véritables maîtres sur le septentrion malien.
Ils sont dépossédés du nord mais, malgré leur déconfiture commune, les chassés continuent à faire dans la fanfaronnade.

Un chef militaire du Mouvement indépendantiste touareg déclarait il y a peu de temps, sur les ondes d’une radio étrangère, que ses troupes sont intactes. Selon lui, le Mnla n’aurait «perdu que deux officiers » lors de la grande débâcle de Gao, le 06 juillet dernier. Ses hommes seraient en train de se réorganiser pour lancer la grande contre-offensive.

Or, il n’est un secret pour personne que le Mnla, privé depuis longtemps de ses soutiens traditionnels, n’a plus les moyens matériels, logistiques et financiers pour affronter victorieusement ses ex-alliés, mais non moins désormais ennemis. Cela d’autant plus que par manque de moyens justement, il aurait également perdu beaucoup de ses combattants partis réjoindre un Ansar Eddine plus fortuné, fort d’importantes ressources provenant du Qatar et de l’Internationale Wahabbite.

Dès le début de la crise, en mi-janvier, les Forces armées et de sécurité (Fas) maliennes ont également enregistré des défections, beaucoup d’officiers, sous-officiers et hommes de troupe ayant déserté des rangs loyalistes pour aller grossir les rangs des indépendantistes, en compagnie de cadres de l’administration. De ce côté également, c’est dévoiler un secret de Polichinelle que de dire que les Fas ont abandonné d’importants lots de matériels, véhicules militaires, armes de guerre, munitions, chaque fois qu’elles ont été contraintes de procéder à des «replis stratégiques ou tactiques».

Pire que tout cela, beaucoup de soldats ont perdu la vie lors des affrontements entre Fas et groupes armés dans le nord, entre bérets rouges et les autres composantes des forces de défense et de sécurité à Bamako. En outre, ces Fas ne disposeraient que d’un matériel désuet, et le Mali n’a pas les moyens financiers d’assurer l’achat d’armement neuf, performant et opérationnel capable de tenir face aux islamistes et terroristes qu’on dit équipés de matériel de haute technologie.

Le Mali ne peut pas compter sur l’aide publique internationale coupée depuis le coup d’Etat militaire du 21 mars passé. Et le rétablissement de cette aide est conditionnée à plusieurs facteurs dont, essentiellement, la constitution d’un gouvernement d’union nationale (jugé par la communauté internationale plus légitime, plus sérieux et plus crédible) et d’une intervention militaire de troupes étrangères au Mali (jugées par la communauté internationale plus apte et opérationnelle pour la sécurisation des organes de la transition).

Si la première condition est en train d’être acceptée par le chef du gouvernement de transition, Cheick Modibo Diarra qui vient d’en discuter avec le président de la transition, Dioncounda Traoré, à Paris, et qui vient de l’annoncer sur les ondes des médias d’Etat, lundi dernier, la seconde est loin d’avoir l’aval de l’armée nationale contrôlée par la junte militaire.

En effet, à Kati, quartier général du Cnrdre, il n’est pas question d’accueillir au Mali la force internationale en gestation, l’armée étant suffisamment, aux yeux du capitaine Amadou Haya Sanogo, chef des putschistes, compétente pour la défense de l’intégrité territoriale, la reconquête du nord, la sécurisation des organes de la transition,…à condition d’avoir l’aide matérielle et logistique de la communuaté internationale.

Le porte-parole du Cnrdre a déclaré que les Fas maliennes sont prêtes et n’ont besoin de personne pour remplir leurs missions et ne demandent que de l’argent. Autrement dit, le fiancé a tout réglé pour le mariage sauf la dot. Autant dire que le mariage n’est pas pour demain. Pas plus que la réunification du Mali déglingué. Et pourtant, à l’aube du 22 mars, dans un speech solennel, ils déclaraient avoir pris le pouvoir à cause de la «mauvaise gestion» de la crise du nord. Un peu plus d’une semaine plus tard, ils étaient chassés de ce nord en seulement trois jours et contraints de se replier au sud et au centre.

Pendant des décennies, du 22 septembre 1960 au 1er avril 2012, son drapeau a flotté dans toutes les régions septentrionnales du pays. Aujourd’hui, n’y subsiste aucun des symboles de l’Etat malien.

Pendant des mois, du 1er avril à la mi-juillet 2012, son drapeau a flotté dans presque toutes les localités septentrionnales du pays. Aujourd’hui, personne ne se rappelle des couleurs mêmes de ce symbole d’indépendance. Et pourtant, ils avaient solennellement déclaré l’indépendance de leur terroir, constitué un Etat et un gouvernement. En quelques jours, ils ont été chassés comme des mal-propres et contraints à l’exil.

Oui, le Mnla partage désormais le sort du Mali ! Tous deux ont perdu leur nord.

Cheick Tandina

Le Prétoire du 19 Juillet 2012