Partager

Le prédicateur Abiré GORO né aveugle avait dit au cours ses années de vie sur cette terre que les dogons viennent du Mandé et qu’ils y retournent un jour. Notons qu’il est contemporain de Soni Ali Bert qui a régné de 1464 à 1493. D’ailleurs, il n’a pas manqué de dire au chef Songhaï, qu’ils mouriront tous dans le même état physique, c’est-à-dire aveugle. C’est ce qui s’est produit à la fin de sa vie. Abiré faisait ses prédications à travers des chants. Il a également prévu que les dogons se libéreront un jour de la domination des peuls et qu’il y aura une grande sècheresse qui n’épargnera pas le pays dogon. A ce sujet il a dit que certaines populations dogon iront vers les pays côtiers tout restant regroupées.

Abiré avait prédit la chute d’un pan de montagne sur un village dogon. Cela s’est réalisé cent ans après. Cette chute a provoqué la mort à petit feu de toute une population sans moyen adéquat à l’époque de les sauver. Il a prédit également le retour des Dogons au Mandé il y a plus de 400 ans de cela. Cela est effectif depuis avril 2016, où des équipes successives de dogons ont rendu visite au village de Nana-Kenieba, qui leur ont donné des sites d’installation et des champs de culture. Pour rappel l’immigration des Dogons du manding vers Bandiagara en passant par Ségou, Djenné et le Lac Debo s’est fait vers la fin du 11ème siècle et le 12ème siècle. Ils y arrivèrent vers le 15ème siècle dans les falaises ou ils y ont trouvé les TELLEM. Avec le retour projeté à Nana-Kenieba au Mandé de plus de 1000 familles Dogon, on peut dire que la présence des premières cinquante familles dogons depuis l’année dernière et la visite du samedi 7 juillet 2017 de certains cadres du Djina Dogon marquent irréversiblement le retour prédit par Abiré Goro dont un quartier porte déjà son nom à Nana-Kenieba. En effet la délégation des cadres était composée du Professeur Amadou Dolo, du Professeur Aly Tembely, de Sory Ibrahima Tely, responsable de la Commission Technique des cadres du Djina Dogon et de Nignoukanou Dolo. Aussitôt après l’arrivée de la délégation, elle a été conduite au grand vestibule du chef de village où l’entendaient le chef de village Sékou KEITA, son adjoint Diankinè KEITA dit Degaulle, les conseillers au chef de village et la cinquantaine de dogons déjà présente à Nana-Kenieba. Ils ont eu des échanges fructueux avec les premières familles installées, qui leurs ont exprimé tout leur plaisir d’être dans le village de Nana-Kenieba. Selon elles leurs rêves de la vie à savoir avoir des terres fertiles et suffisantes pour améliorer véritablement leur condition de vie sont en passe d’être réalisés. La délégation, s’est montrée disponible à accompagner les arrivants par des conseils pratiques afin de faciliter leur intégration. Le reste de la matinée a été occupée par la visite des sites d’installation des dogons, particulièrement les sites portants les noms de certains leaders dogons à savoir Abirébougou, Hogonbougou, Hassanabougou et Sekousalabougou. L’après-midi a été consacré à la visite des zones de forêts, et des zones de culture. Selon Sory Ibrahima Tely bientôt Nana-Kenieba deviendra un village bilingue où on parlera le manikakan et le Dogonokan. De cette union, les deux cultures se retrouveront certainement dans une parfaite symbiose.

Siramakan KEITA

Du 13 Juillet 2017