Partager

Aucun combat n’a été signalé mercredi à la frontière entre les deux Soudans, après deux jours d’affrontement entre leurs armées, Khartoum envoyant notamment un ministre dans la zone pétrolière de Heglig qu’il dit avoir reprise la veille aux troupes sud-soudanaises. Les négociateurs des deux pays, qui s’accusent chacun d’être à l’origine des hostilités, doivent se retrouver jeudi à Addis Abeba pour des discussions, programmées avant que les combats n’éclatent lundi. Le sous-secrétaire soudanais aux Affaires étrangères, Rahamatalla Mohamed Osman, qui doit représenter Khartoum jeudi à Addis, a estimé que ces affrontements pourraient mener de nouveaux pourparlers entre les deux pays dans une impasse. Son homologue sud-soudanais, Pagan Amum, a de son côté dit espérer que les discussions de jeudi aboutissent « à la cessation des hostilités » et fassent « en sorte que n’éclate pas une nouvelle guerre entre les deux pays ». La communauté internationale a multiplié les pressions pour arrêter l’escalade. AFP.