Partager

Dr Djimdé Atimé, pharmacien: «La transparence doit être de rigueur»

La façon dont les résultats provisoires de l’élection présidentielle 2013 ont été proclamés est admissible pour les Maliens de tout bord. Par contre, la première sortie du ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire, Moussa Sinko Coulibaly, a énervé par mal de Maliens. Parce qu’après les différents évènements survenus ces derniers temps, aucun Malien n’aimerait vivre ce qui a une odeur de magouille. La transparence doit être la vertu de tout bon Malien.

Les résultats donnés le 2 août, reflètent mieux la réalité. Au deuxième tour, je souhaite que le meilleur gagne et que, quel qu’en soit le résultat, les deux candidats acceptent le verdict des urnes. Mon autre souhait est que les lieux de culte cessent d’être des centres de campagne électorale.

Souleymane X, commerçant : «Je savais que le Takokelen n’était pas possible»

Je suis très satisfait du déroulement du premier tour de l’élection présidentielle et de la façon dont les résultats provisoires ont été donnés. J’ai voté et j’ai suivi tout le processus jusqu’à la proclamation des résultats provisoires. Je savais qu’un Takokelen n’était pas possible, vu le nombre de candidats.
Surtout que, parmi ceux-ci, il y avait des poids lourds de la politique malienne. Le ministre de l’Administration Territoriale, Moussa Sinko Coulibaly, ne devait pas banaliser un dossier aussi sensible, vu la situation que vit notre pays présentement. Il avait tout le temps pour donner de bons résultats, comme il l’a fait avant-hier.

René Guindo, ingénieur d’élevage : «Le taux de participation a battu tous les records»

Du jamais vu dans notre pays. Le taux de participation a battu tous les records. Le ministre de l’Administration Territoriale a respecté le délai de proclamation des résultats provisoires. Mon constat est que pour toutes les élections qui se sont déroulées au Mali, c’est le candidat qui venait en tête au premier tour qui a remporté toujours le second tour. Je pense que Soumaïla peut améliorer son score du premier tour, mais qu’il ne lui sera pas possible de combler l’écart.

En ce qui concerne le bon déroulement du deuxième tour, Il faut que les deux candidats jouent à l’apaisement. De son côté, il faut que l’Administration Territoriale améliore les conditions de distribution des cartes NINA et les listes électorales et qu’elle prenne des dispositions pour que les gens votent librement à Kidal.

Abdoulaye Diallo, enseignant : «Il y a eu des dysfonctionnements»

On aurait dû donner le numéro de bureau de vote en même temps que la carte NINA. Il a fallu attendre 48 heures. Sinon, au moment où on enlevait les cartes, si on nous avait donné le numéro de bureau de vote en même temps, on aurait du coup évité tous les désagréments qu’on a connus au premier tour.

Les autorités doivent faire très attention avant d’annoncer quoi que ce soit, et tout d’abord vérifier l’information. Parce que leur crédibilité est en jeu s’il s’avère que ce qu’elles ont annoncé n’est pas conforme à la réalité. En ce qui concerne le premier tour, pour moi la mention est assez bien.

Le résultat reflète la réalité. Il est temps de préparer le bon déroulement du second tour: accélérer la distribution des cartes NINA et faire tout pour que les électeurs arrivent à situer les bureaux de vote immédiatement, prendre des mesures pour faire voter les Maliens de l’extérieur.

Concernant le résultat final, les deux candidats doivent se mettre en tête que c’est le Mali qui gagne. Que ce soit l’un où l’autre, qu’ils aient à l’esprit que c’est le Mali qui avance. Je demanderai surtout aux partisans de se calmer, de continuer le fair play du premier tour.

Zoumana Doumbia, enseignant : «L’écart s’est réduit entre les deux favoris»

Il y en a beaucoup qui se posent des questions, en réalité, moi, je ne me les pose pas. Parce que c’est vrai qu’IBK a largement gagné à Bamako et dans les grandes villes, mais Soumaïla a aussi gagné à l’intérieur et dans les juridictions des ambassades du Mali à l’extérieur. Ce qui fait que l’écart s’est un peu réduit entre les deux favoris.

Wah Kéita, étudiant à la FSJP : «Je ne comprends pas le ministre Coulibaly»

Je ne comprends pas les propos du ministre de l’administration territoriale, qui avait déclaré que si les tendances se poursuivaient, il n’y aurait pas de second tour. Et après, il vient annoncer ces résultats, qui donnent un second tour. Je désapprouve ces résultats.

Hamidou Togola, commerçant : «Je suis heureux qu’il y ait un second tour»

Je suis très heureux qu’il y ait un second tour. Parce que les gens de l’URD voulaient nous amener dans les contestations et demander un gouvernement d’union nationale. Au second tour, on aura une victoire nette d’IBK et cela lui donnera plus de légitimité pour conduire notre pays.

Moussa Diarra, enseignant: «Les Maliens sont déterminés»

Je suis très content qu’il y ait ce second tour. Les gens de l’URD et du FDR vont regretter pourquoi ils ont voulu ce second tour. Ils se rendront comptent que les gens ne les aiment plus. Les Maliens sont déterminés et je sais qu’ils iront jusqu’au bout.

Propos recueillis par Pierre Fo’o Medjo et Youssouf Diallo

Le 22 Septembre du 05 Août 2013