Partager



RESULTATS PROVISOIRES COMPLETS DU 2è TOUR DES LEGISLATIVES: DECRYPTAGE

legislatives12.jpg

En parcourant les résultats provisoires proclamés par le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, l’on est frappé par un certain nombre de constats.

La première observation est que si ces résultats sont confirmés par la Cour constitutionnelle, l’on verra peu d’anciennes têtes à la nouvelle Assemblée.

En effet, selon les résultats provisoires, la compétition s’est montrée impitoyable pour les députés sortants. Si nos décomptes sont bons, moins d’une trentaine de membres de l’Assemblée nationale sortante ont été reconduits sur les 147 députés que compte le parlement.

La propension des électeurs à sanctionner les élus sortants n’est pas une tendance nouvelle. Déjà en 2002 selon un décompte effectué par nos soins, seulement 34 élus avaient été reconduits.

Ce chiffre ne prenait pas en compte les circonscriptions électorales de Sikasso (7 députés) et Tin-Essako (1 élu) où le scrutin devait être repris conformément à une décision de la Cour constitutionnelle.

Parmi les sortants qui ont pu sauver leur siège, la figure la plus emblématique est évidement le président de l’Assemblée nationale sortante Ibrahim Boubacar Keïta, réélu non sans peine en Commune IV du district de Bamako dans un climat très passionnel.

Un autre grand nom de la vie parlementaire et politique du pays qui a pu renouveler son bail est le 1er vice-président de l’Assemblée nationale sortante, Me Mountaga Tall (CNID). Inscrit sur une liste commune ADEMA-CNID-URD, il passe également au deuxième tour à Ségou.

Ici à Bamako, son collègue de parti, Fanta Mathini Diarra, conserve son siège en Commune V où elle passe sur la même liste que Ibrahim Lancéni Coulibaly (ADEMA), l’autre député sortant. Toujours à Bamako, Mamadou Lamine Haïdara du RPM réussit la même performance en Commune II.

Quand on prend la direction des régions, l’on verra que dans le cercle de Kayes, le duo Mahamadou Cissé (ADEMA) et Moussa Cissé (URD) a une nouvelle fois fait recette. La paire avait été élue sur la même liste en 2002 alors que ses deux membres étaient étiquetés « ADEMA » avant de se retrouver dans des bords politiques différents.

Cela ne les a pas empêchés de se retrouver sur la même liste en 2007. L’efficacité du duo s’est exercée au détriment de l’un des doyens de l’Hémicycle, Abdoul Bah (PDJ) qui faisait cause commune avec le CNID.

Dans le cercle voisin de Kéniéba, la liste conduite par Fountago dit Baba Sissoko, un élu sortant, obtient la majorité absolue de justesse (50,46%). A Yélimané, la liste conduite par l’iconoclaste député sortant de l’URD, Mamadou Hawa Gassama, passe avec 53,05%.

SANS TREMBLER

Dans le cercle de Banamba en 2è Région, les indépendants Hamadaou Sylla et Mamadou Gaoussou Sympara élus ensemble en 2002, conservent leur sièges. Le député Yaya Traoré est l’un des rares élus du CNID à être reconduit. Il sauve son siège à Bla.

Dans le cercle voisin de Tominian, Oundé Touléma (ADEMA) est également reconduit. Idem à Bandiagara pour Niaga Tembély, un autre rouge-blanc en passe de devenir l’un des « dinosaures » de l’Assemblée nationale.

Toujours dans la région de Mopti, précisément dans le cercle de Mopti, le député sortant du RND, Me Kassoum Tapo, en alliance avec l’ADEMA, a passé sans coup férir dès le premier tour.

Dans la même Région de Mopti, Tidjani Guindo qui avait été élu en 2002 à Bankass sous les couleurs du RPM, est reconduit mais avec l’URD.

À Ténenkou, Mme Ascofaré Oulématou Tamboura renouvelle en principe son bail en alliance cette fois-ci avec ADEMA. Plus au nord à Gourma Rharous, Mohamed dit Atta Ag Houd conserve son poste.

Dans la même Région de Tombouctou, le duo Mohamed Elmaouloud Ag Hamada et Oumar Abdoulaye Touré ont réédité leur coup de 2002 en l’emportant.

À Gao, « l’inamovible » Assarid Ag Imbarcaouane et un des ses compagnons de 2002, Abouzeïdi Ousmane Maïga n’ont pas tremblé et l’ont emporté dès le premier tour.

Toujours dans la région de Gao, à Ménaka, le député sortant Ag Hamadou Bajan a été plébiscité avec 79,25% dès le premier tour du scrutin.

À Tin-Essako (Région de Kidal), Mohamed Ag Intalla (ADEMA) qui était l’unique candidat sera naturellement reconduit. Il a obtenu 100% des voix.

En plus de ces députés sortants-entrants, il y a ceux que l’on pourrait appeler les grands revenants. Le président de l’ADEMA, Dioncouda Traoré, est dans cette situation. Battu à Nara en 2002 après avoir siégé de 1997 à 2002, le patron des « abeilles » prend une belle revanche.

C’est le cas également de Mme Kadiatou Samaké (URD) en Commune V. Élue en 1997 alors qu’elle était membre de l’ADEMA, elle avait été battue par la liste du regroupement « Espoir 2002 » il y a cinq ans.

À la faveur de la partielle organisée en 2006 après le décès du député RPM Kadary Bamba, celle qui milite désormais dans l’URD avait voulu faire son grand retour.

Mais elle échouera une nouvelle fois, face au candidat de l’ADEMA avec lequel elle s’est retrouvée sur la même liste pour les présentes législatives. Au nombre des grands revenants également Ouali Diawara (ADEMA) en Commune I.

LE COMBAT DE TROP ?

Les résultats provisoires font ressortir également des échecs retentissants. Au nombre de ceux-ci, Mahamane Santara (ADEMA) tenu en échec à Djenné où il était régulièrement élu depuis plusieurs législatures.

Son tombeur n’est autre que son ancien colistier Habibou Sofara, le député sortant de l’URD. L’élu de l’ADEMA a-t-il mené le combat de trop ?

Un autre cas qui mérite d’être noté est celui de Mamadou Diarrassouba (RPM) dont la liste est donnée perdante à Dioïla par les résultats provisoires. En Effet, Diarrassouba élu une première fois en 1997 à Kolokani, s’était illustré en 2002 en changeant de circonscription pour l’emporter à Dioïla.

La liste du jeune et ancien député du CNID, Me Demba Traoré désormais URD perd aussi en Commune VI.

La compétition n’a pas non plus été favorable au bouillant député RPM, Boubacar Touré de Niono dont la liste a été éliminée dès le premier tour.

Une autre grande « victime » du scrutin est sans doute le président du groupe parlementaire ADEMA dans l’Assemblée sortante, Moustapha Dicko, battu à Douentza par une surprenante liste PSP.

D’autres avaient voulu revenir de loin. Mais ont échoué à nouveau. Il s’agit notamment de Me Ibrahim Berthé (CNID) en Commune III et de Youssouf Traoré (UFDP) à San. Députés entre 1992 et 97, ils avaient déjà tenté en 2002 de revenir mais sans succès.

Parmi les probables députés, l’on compte plusieurs grandes figures de la scène politique nationale. À commencer par le président de l’URD, l’ancien Premier ministre Younoussi Touré, élu dès le premier tour à Niafunké sur la même liste que Baba Oumar Boré, l’un des plus anciens parlementaires qui a changé de circonscription (auparavant il était régulièrement élu à Kita).

Oumar Mariko, secrétaire général de Sadi et candidat à la présidentielle passée, l’emporte au deuxième round à Kolondiéba.

Un autre secrétaire général mais du PARENA celui-là, Amidou Diabaté, dont la liste est donnée gagnante à Kita, devrait également faire une entrée remarquée au parlement.

Un autre responsable du même PARENA, Konimba Sidibé, passe également à Dioïla.

Tous deux ont en commun d’avoir été ministres. Il faut dire que certainement jamais, autant d’anciens membres du gouvernement n’ont prétendu à l’Hémicycle.

En effet, en plus des anciens Premiers ministres, Ibrahim Boubacar Keita et Younoussi Touré, Amidou Diabaté, Konimba Sidibé, Lancéni Balla Keita (ADEMA) en lice à Kati et Aboubacar Coulibaly, l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines, en compétition à Koutiala sur une liste commune ADEMA-MPR-UDD sont susceptibles de siéger dans la nouvelle Assemblée.

En attendant, tous les regards sont maintenant tournés vers la Cours constitutionnelle qui est la seule instance habilitée à proclamer les résultats définitifs.

S. TOGOLA- L’Essor


RESULTATS PROVISOIRES COMPLETS DU 2è TOUR DES LEGISLATIVES : MISSION ACCOMPLIE POUR L’ADMINISTRATION


Le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales Kafougouna Koné a proclamé hier les résultats provisoires complets du 2ème tour des élections législatives.

La cérémonie s’est déroulée dans la salle de conférence du département en présence du Délégué général aux élections, Siaka Sangaré, du président du Comité de l’égal accès aux médias d’État, Boubacar Diallo, d’un représentant de la Commission électorale nationale indépendante, Ilias Touré.

Les mandataires des partis politiques et des candidats en lice étaient présents.

L’événement répond aux dispositions de la loi électorale qui stipule que le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales proclame les résultats provisoires dans les 5 jours qui suivent la tenue du scrutin.

Ces résultats seront transmis à la Cour constitutionnelle qui est la seule instance habilitée à proclamer les résultats définitifs.

Avant la cérémonie proprement dite, le ministre Kafougouna Koné avait remis des décorations à des responsables du département dont le directeur de l’Intérieur, Boubacar Sow, élevé au grade d’Officier de l’Ordre national du Mali.

S. D- L’Essor

27 juillet 2007.