Partager

Après avoir passé dix ans dans l’opposition politique (1992-2002), le CNID-FYT a renoncé à la tresse qui l’identifia sur l’échiquier. Suite aux élections générales de 2002 qui l’ont vu acquérir 13 députés, il a décidé de goûter aux délices du pouvoir en participant à la mise en oeuvre de l’action gouvernementale.

C’est ainsi que depuis 2002, le secrétaire général du CNID, M. N’Diaye Bâ est ministre de l’Artisanat et du Tourisme. Les élections générales de 2007 ont vu le CNID reculer de 13 députés à 7 aujourd’hui.

Et pourtant, il compte 2 ministres dans le gouvernement : l’inamovible N’Diaye Bâ et Mme Maïga Sina Damba. Pour les élections communales du 26 avril 2009, le parti du Soleil Levant, emblème du CNID s’est fixé des objectifs : battre son propre record ou à défaut le conserver.

A ce propos, le président du parti Me Tall a dit ceci : “Nous savons qu’avec la confiance en soi, la conviction, l’entente et le travail acharné tout est possible. Et là que nul ne s’y trompe, les jeux politiques sont loin d’être faits et nous ne nous lassons pas de répéter que comme la météo, la politique ne s’accommode pas à des prévisions à long terme”.

Le comité directeur annonce qu’il organisera très bientôt une série d’initiatives qui auront pour finalité de remobiliser tous les cadres, militants et sympathisants du CNID des premiers instants à nos jours autour de nos idéaux et ambitions pour le Mali.

Il doit veiller dès lors à fructifier l’important potentiel dormant dont dispose le CNID-Faso Yiriwa Ton sur l’ensemble du territoire et auprès des Maliens vivants à l’étranger. Ces initiatives devraient concourir à faire rapprocher le plus possible le poids sociologique du parti extrêmement important de ses résultats électoraux nettement inférieurs.

C’est fort de tout cela que les militants du Faso Yiriwa Ton vont aller aux consultatons électorales des communales et des municipales. “Nous irons en toute confiance à ces élections en nous remémorant que lors du précédent scrutin, alors que nous avions été exclus de celui de 1997 et que nous avions zéro conseiller et maire nous avons obtenu des résultats plus qu’honorables que nous entendons renforcer”, a dit le président Tall.

Le CNID-Faso Yiriwa Ton, n’en déplaise à ses irréductibles contempteurs, poursuit, sans tambours ni trompettes son implantation nationale. Si nous déplorons des défections, ce qui est démocratique, nous accueillons à bras ouverts les arrivées de nouveaux militants qui se bousculent au portillon.

Le plus démocratiquement du monde aussi. Aussi sommes-nous quelque peu surpris par certaines pratiques qui jurent avec la morale, et qui élèvent au rang de dogme, le débauchage, même d’élus, contre des espèces sonnantes et trébuchantes ou contre des mensonges politiques consistant à se présenter comme parti dauphin.

Ces montages grotesques, qui permettent toujours d’abuser, mais pour un temps, finissent toujours par s’écrouler comme des châteaux de sable car comme le professe la sagesse popualire “une course sur les toits ne va jamais loin”, a-t-il conclu.

Daba Balla KEITA

29 Janvier 2009