Partager

Le 5 août 2016, la salle de conférence du Ministère de l’éducation a abrité le point de presse organisé par ledit département. Le point de presse était animé par : Boubacar Diallo, le chargé de communication du ministère de tutelle, le Directeur du centre national des examens et de concours (Dcnec), Mohamed Maiga, le directeur national de l’enseignement secondaire général (Dnesg), Koromozon Koné. L’objectif était d’expliquer les facteurs de la performance de cette année par rapport aux précédentes.

«Pour cette année nous avions 116510 candidats inscrits au Bac dont 113569 pour le Bac général et 2941 pour le Bac technique. Pour le Bac général, il y avait 78508 candidats réguliers contre 35061 candidats libres. Pour le Bac technique il y avait 2555 candidats réguliers contre 386 Candidats libres. Les candidats présents au Bac général étaient au nombre de 100255 contre 2599 candidats présents au Bac technique. Et sur ce chapitre il faut signaler que les Candidats libres se chiffraient à 28674 Candidats libres pour le Bac général contre 330 Candidats libres pour le Bac technique. Sur les 29004 Candidats libres présents, il y a 3412 admis, soit 11,76% », déclare le Directeur du centre national des examens et de concours Mohamed Maiga. Selon lui, une faible réussite des Cl est constatée par rapport aux candidats réguliers. En faisant la fusion des candidats réguliers et Candidats libres, le taux de réussite chute à 24,28%. Or si l’on veut apprécier la performance du système, explique le Dcnec, l’on doit se référé aux candidats réguliers. Tandis que n’importe qui peut se présenter comme Candidats libres. «Toutefois, même en prenant en compte les Candidats libres, il apparait au regard de ces statistiques que les résultats de cette année (24,28%) sont nettement supérieurs à ceux de l’année 2015 (17,99%), soit une différence de 6,29%. » conclu le Dcnec.

Plusieurs facteurs, poursuit le directeur national de l’enseignement secondaire général, Koromonzon Koné, expliquent cette performance. «La formation de tous les professeurs à l’Approche par compétence (Apc) (le décret n°11-234/P-RM du 12 mai 2011 portant organisation de l’enseignement secondaire général consacre l’Apc comme mode privilégié d’approche pédagogique dans ce sous secteur de notre système éducatif). L’appropriation de l’esprit de l’Apc par les professeurs, la création des IPres et le suivi permanant de tous les professeurs par les inspecteurs », explique le directeur national de l’enseignement secondaire général. A ces facteurs, poursuit-il, il faut ajouter les différentes missions de sensibilisation qui ont sillonné le pays à la rencontre des acteurs du système éducatif pour prêcher l’organisation d’examens propres sans fuite des sujets et avec moins de fraude. «Les missions de supervision dans les différents contres d’examens à travers le pays ont dissuadé les velléités de fraudes», appuie le directeur national de l’enseignement secondaire général, Koromonzon Koné. Au nom du ministre de l’éducation national, Boubacar Diallo a remercié tous les acteurs du système éducatif pour leur engagement et leur disponibilité pour la réussite de cette mission.

H.B. Fofana

Le Républicain du 9 Août 2016