Partager

Est-il désormais autorisé de manifester sur la voie publique au Togo ? Cette question , nombreux sont les observateurs avisés qui se la posent au lendemain de la nouvelle loi votée par l’Assemblée nationale, qui restreint drastiquement la liberté de manifestation publique au pays de Faure Gnassingbé. En effet, la nouvelle loi en question interdit toute manif publique avant 11h et au-delà de 20h. Tout comme il n’est plus autorisé de manifester devant les services et institutions publics et ou aux alentours des résidences de personnalités. Pourquoi ? C’est la question que plus d’un se pose. Officiellement, les autorités invoquent des raisons de sécurité, notamment le contexte régional marqué par des attaques terroristes. « Mieux vaut prévenir que guérir », pourrait-on dire. Car les autorités togolaises donnent ainsi l’impression de vouloir faire dans la prévention quand on sait que dans la foulée, les députés ont voté une autre loi qui permet au gouvernement de renforcer son arsenal sécuritaire pour parer à toute éventualité. Mais tout cela n’est pas anodin, car, comme on le sait, cette nouvelle loi restreignant les espaces de liberté au Togo, cache mal des desseins avoués. Le dictateur togolais n’a qu’un seul souci : préserver son fauteuil. En effet, le régime ayant vacillé suite aux manifs publiques que le pays a connues depuis le 19 août 2017, veut se mettre à l’abri de toute surprise désagréable.LePays