Partager

Jeudi dernier, à Tombouctou, le ministre de la Culture Cheick Oumar Sissoko, a procédé au lancement officiel des travaux de restauration de la mosquée de Djingarey Ber. D’une durée de 4 ans, ces travaux, seront entièrement financés par la Fondation Aga Khan pour la culture.

Après la restauration de la mosquée « Komoguel » de Mopti, c’est au tour de la mosquée Djingarey Ber de Tombouctou, d’être restaurée par l’équipe technique d’architecture de la fondation Aga Khan. En effet, la restauration des sites touristiques exige le respect strict des valeurs du milieu, du plan original et des matériaux de construction originaux.

Jizelle Taxil, spécialiste en architecture de terre et responsable du chantier, en prélude à l’opération, a effectué une mission d’expertise à la mosquée de Djingarey Ber,qui avait pour but de déterminer les contours précis de sa tâche.

La mosquée, selon Mme Taxil, subit chaque année des modifications inappropriées. La surcharge de banco devient de plus en plus insupportable pour la fondation initiale, et constitue une menace certaine pour l’édifice.
En effet, les contreforts sont directement plaqués sur les façades extérieures et pire, le banco ne colle pas bien au mur.

Jiselle Taxile, juge que le banco utilisé est généralement inapproprié et occasionne des fissures sur l’édifice. Aussi, dans le but de corriger ces lacunes, la toiture sera refaite en remettant les bois traditionnels ; les systèmes d’électrification et de sonorisation seront repris ; le système d’écoulement des eaux sera amélioré et les maçons de la ville seront également formés pour assurer l’entretien de la mosquée.

Mme Taxile affirme que son équipe et elle s’efforceront de ne rien laisser au hasard. Et les architectes doivent travailler toujours de concert avec les autorités religieuses de la ville, a-t-elle estimé.

Suggestion a été faite par le ministre de la culture aux responsables religieux de la ville, de visiter la mosquée « Komoguel » de Mopti restaurée, afin de se rendre compte de l’impact positif de la collaboration entre notre pays et la Fondation Aga Khan pour la culture.

Après le lancement officiel des travaux de restauration de la mosquée de Djingarey Ber, une cérémonie de remise par le ministre de 8 ordinateurs à la mission culturelle de Tombouctou, ainsi qu’aux bibliothèques privées de manuscrits de Tombouctou dont « Fondo Kati » d’Ismaël Diadié Haïdara qui comptabilise aujourd’hui près de 7000 manuscrits, a eu lieu.

Entre 2004 et 2006, cette bibliothèque a publié 3 livres d’histoire et de recueils de poèmes sous la signature de son directeur de la bibliothèque Ismaël Diadié Haïdara.

De même, un DVD sur l’histoire contemporaine de la boucle du Niger a été produit par la maison. Les écrits portent notamment sur les derniers explorateurs Wisigoths et Espagnols qui ont marqué l’histoire de la boucle du Niger.

Par finir, au cœur du quartier populaire de Badjindé, le ministre de la culture, a procédé à l’inauguration de la bibliothèque de manuscrits de la « famille Maïgala » baptisée « Al Moustapha Konaté « , un homme réputé, grand savant de son époque.

Cette bibliothèque abrite de précieux manuscrits. Les écrits ont trait aux correspondances, traités, au droit, à l’astronomie, etc.

Le ministre de la Culture a salué cette initiative qui, selon lui, est une grande contribution à la science et à la culture.

22 novembre 2006.