Partager

En dépit du rôle moteur de l’or dans l’économie malienne, son impact est mal perçu et la contribution des sociétés minières au développement des communautés locales manque de visibilité. Par ailleurs, il est connu de tous que le secteur a des impacts négatifs sur l’environnement qui touchent en premier lieu les populations riveraines des mines.

Au Mali, la filière or reste parmi les secteurs-clés de l’économie malienne de par sa contribution au budget de l’Etat. Le secteur constitue actuellement la première source d’exportation de notre pays.

Si les autorités soutiennent que cette situation est correctement reflétée par des indicateurs macroéconomiques pertinents, il convient également de reconnaître que ces indicateurs ne sont pas perceptibles pour tous les citoyens. De plus en plus de voix s’élèvent pour exprimer leur désarroi sur l’impact de l’activité minière sur le développement durable de notre pays.

Conscient de cette problématique, l’ambassade du Canada au Mali a organisé, en collaboration avec le ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau, un atelier sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE), le 29 janvier 2009. En effet, le Canada attache une importance particulière à la gouvernance économique dont l’un des axes majeurs concerne la responsabilité sociale des entreprises.

Elle se définit comme la façon dont les entreprises intègrent, sur une base volontaire, les préoccupations sociales, environnementales, économiques et de main-d’œuvre dans leurs activités. Il s’agit d’une contribution au partage des avantages pour les entreprises, leurs employés et les collectivités au sein desquelles les entreprises évoluent.

La responsabilité sociale de l’entreprise permet également de compenser les effets négatifs des activités de l’entreprise sur son environnement. C’est une experte du ministère canadien des ressources naturelles et la direction nationale de la géologie et des mines du Mali qui ont été appelées à partager les contours de la problématique de la responsabilité sociale avec les sociétés minières.

«Cette initiative intervient à un moment où la perception de l’activité d’exploitation minière est altérée par le peu de visibilité sur la contribution des sociétés minières au développement des communautés locales et, de surcroît, par la crainte suscitée par ses impacts potentiels négatifs sur l’environnement» reconnaît le secrétaire général du ministère des Mines de l’Energie et de l’Eau, Pr. Lamissa Diabaté.

L’ambassadeur du Canada au Mali, Mme Virginie Saint-Louis, a soutenu que le gouvernement de son pays s’attend à ce que les entreprises canadiennes qui oeuvrent à l’échelle internationale se conforment aux normes internationales et aux lois des pays d’accueil. Ceci passe par une exigence de transparence alliant une consultation de la population et les gouvernements locaux.

Et il est certain que la mise en œuvre de pratiques exemplaires de responsabilité sociale contribue à l’atteinte de ces objectifs. En appelant à gérer de façon efficace les différents secteurs de l’économie, en mettant l’accent sur le développement social, la gestion de l’environnement, le respect des droits de la personne et des normes du travail, le Canada encourage les pays à l’élaboration de lois qui créeront un équilibre entre les responsabilités du gouvernement et l’activité des entreprises.

«La vision canadienne en matière de RSE s’articule autour des principes volontaires reconnus internationalement tels que ceux de l’OCDE» a souligné Mme Virginie Saint-Louis. Le Canada est un acteur de premier plan dans le secteur minier, notamment en Afrique dont plus de 250 millions de dollars d’actifs au Mali.

Selon l’ambassadeur, le comportement responsable doit être considéré comme un élément important d’une entreprise prospère et viable. Cet atelier a surtout donné l’occasion aux acteurs de ce secteur que sont les firmes étrangères, la société civile et les autorités maliennes, d’exposer leur compréhension sur la responsabilité sociale des entreprises et de partager leurs attentes réciproques.


Seydou Coulibaly

03 Février 2009