Partager

Au sujet de ce monsieur, beaucoup de choses ont été dites, à raison ou à tort. Mais, jusqu’à preuve du contraire, il n’a pas encore retourné les armes contre le Mali depuis qu’il a intégré l’armée nationale.

A l’issu de la rencontre du groupe de soutien au Mali à Bamako, le 19 octobre dernier, le Colonel Major El Hadj Gamou a confié à radio Klédu ses impressions, diffusée le lundi 22 octobre dans le journal parlé de 7h, par rapport à la crise du nord.

Après avoir salué l’initiative des organisations africaine et internationale de se rencontrer à Bamako et de discuter les voies et moyens de l’instauration de l’intégrité territoriale du Mali, cet officier de l’armée malienne, basé avec sa troupe au Niger, a été très clair. Il a dit que le Mali doit négocier en position de force c’est reconquérir le nord puis envisager les négociations. Le message de Gamou signifie qu’il faut combattre les occupants, faire revenir l’administration puis s’assoir avec ceux qui le désire pour discuter de ce qui est possible. Pour ce faire, le Colonel dit être prêt et que le morale de sa troupe est au bon niveau.

Cette option de ‘’négociation en position de force’’ n’a toujours pas été le cas dans les précédentes crises du nord. A la limite, le Mali, depuis 1990, a négocié au pied levé et souvent avec le couteau à la gorge. C’était aussi pour la plupart à l’absence des autres composantes de la société du nord. Cette fois ci, il s’agira d’éviter toutes les erreurs du passé pour obtenir quelque chose de durable, mieux, de définitif.

Badri

L’Express de Bamako du 14 Novembre 2012