Partager

Pour informer la presse nationale en prévision de la conférence-débat sur la restitution de deux ans de travail du Réseau malien des consommateurs de téléphonie mobile qui aura lieu le dimanche 16 novembre, le Remacotem a animé au Centre Djoliba, une conférence de presse, hier, mardi 18 novembre.

L’entrée de jeu, le Président de Remacotem, Adama Traoré a fait savoir qu’il a été interpellé par les militants des communes V et VI pour donner une conférence débat sur deux points.


Le premier point concerne Orange Mali et le second point la communication de l’audiovisuelle.

Concernant le premier point, l’orateur a rappelé les deux procès qui ont opposé Orange Mali à son réseau. La première phase de ce procès portait sur l’ouverture de la ligne 802 27 27 du Consulat de France aux consommateurs de Malitel.

Orange a remporté cette première revanche. La seconde phase concernait le tarif qui se rapportait au numéro 802 27 27 pour lequel le consommateur payait 300 FCFA pour joindre le Consulat de France. Ce dernier procès a été gagné par Remacotem.

Ce second procès a été rejugé à la cour d’Appel en mon absence et tranché en faveur de Orange. Et, j’ai demandé à ce que l’affaire soit revue et la délibération est attendue dimanche prochain.

Entre temps,Orange a envoyé une lettre au ministre de la Communication et le ministre à son tour, a remis la lettre au Conseil supérieur de la communication pour informer toutes les radios de la place.

La lettre No AMD/0153/08 de la DFA du 22 mai dit ceci : « Après écoute des dites émissions à partir de notre cabine technique de contrôle des médias audiovisuels, nous sommes arrivés à la conclusion qu’effectivement, les émissions du Dr Adama Traoré sont diffamatoires, xénophobes et incitent à la violence. Toutes choses contraires au cahier de charges des services privés de radiodiffusion sonore. En conséquence la mise en garde a été faite à radio « Liberté » initiatrice de l’émission qui a supprimé ladite émission de son programme« .

Le second point concerne la communication audiovisuelle. Les stations sont au nombre de trois au Mali qui sont : la Multi- canal, Canal Horizon et Saba électronique.

Selon Dr Adama Traoré, le réseau a souhaité que ces trois entreprises s’accordent sur deux points : de faire tout pour que les redevances tombent dans la caisse de l’Etat, trouver un accord pour que, désormais le texte régissant la communication audiovisuelle en France soit appliqué à toutes les multinationales de ce secteur qui décident de venir s’installer au Mali.

Samba TRAORE, Stagiaire

19 Novembre 2008