Partager

Le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, arrivé lundi à Paris, a rencontré hier mardi le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius pour parler de la situation dans le nord du Mali, aux mains de groupes islamistes armés. Le chef de la diplomatie française a profité de la rencontre pour rappeler au chef du gouvernement de transition que la reprise de la coopération économique avec notre pays est conditionnée à l’élaboration d’une feuille de route, notamment la fixation des dates des prochaines élections générales.

Comme annoncé, le premier ministre, Cheick Modibo Diarra, à Paris depuis lundi, a été reçu hier mardi par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius pour parler de la situation dans le nord du Mali, aux mains de groupes islamistes armés. L’échange a porté principalement sur la crise malienne, en particulier sur ses aspects politique et militaire. Cet entretien leur a permis de faire le point sur l’état d’avancement du processus politique au Mali, ainsi que sur la rédaction d’une feuille de route, qui conditionne la reprise de notre coopération. Une réponse à la requête du Premier ministre qui a plaidé pour le retour des partenaires techniques et financiers. D’ailleurs, Cheick Modibo Diarra a assuré le chef de la diplomatie française que la feuille de route du Gouvernement serait transmise très bientôt à la communauté internationale après son adoption par les députés maliens

Sur le plan sécuritaire, l’entretien a permis de revenir sur la planification de l’opération africaine dont le Conseil de sécurité des Nations unies sera prochainement saisi et sur la restructuration en cours des forces armées maliennes. »

Avant de le tenir informé des derniers développements politiques et sécuritaires au Mali, le Premier ministre a réitéré la condamnation de l’enlèvement d’Alberto Rodriguez Leal, citoyen français survenu le 20 novembre dernier au Mali et à mis l’accent sur la nécessité de mutualiser les efforts pour lutter contre les prises d’otages que les terroristes utilisent comme des moyens de pression et de chantage. Il a ensuite expliqué les attentes du Mali de la résolution des Nations Unies autorisant le déploiement d’une force militaire internationale pour la reconquête des territoires occupés.

Abdoulaye DIAKITE

L’Indicateur du Renouveau du 28 Novembre 2012


Mali: Cheick Modibo Diarra reçu par Laurent Fabius

Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a été reçu ce mardi 27 novembre 2012 à Paris par le ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, et par les services diplomatiques de l’Elysée. Les contacts diplomatiques se multiplient au moment où à Bamako est annoncé un nouveau report des concertations nationales pour les 11, 12 et 13 décembre prochain.

jpg_une-1191.jpgLes rendez vous diplomatiques entre le premier ministre malien et les autorités françaises ont beaucoup tourné autour du processus politique. Un processus qui a bien du mal à voir le jour. Les concertations nationales censées inclure l’ensemble de la société malienne dans le projet de sortie de crise sont encore reportées à la mi-décembre.

Or pour la France, comme pour l’ensemble de la communauté internationale, le Mali doit impérativement fournir une feuille de route précise. Un document qui doit à la fois préparer les prochaines élections mais aussi la concertation avec les groupes armés du nord.

La solution de l’assemblée

Ce mardi à Paris, le premier ministre malien, sans remettre en cause le principe de ces assises nationales, a sorti de sa poche une autre solution : présenter et faire adopter la feuille de route par les députés maliens. « C’est par l’assemblée que l’on avancera le plus vite », avoue un proche de Cheikh Modibo Diarra, qui assure que le texte pourrait passer devant le parlement dès la semaine prochaine.

Cette solution pourrait avoir l’aval de la communauté internationale à condition, nous explique une diplomate, « qu’elle reflète un consensus malien ».

Quant au dialogue avec le MNLA et Ansar Dine, il avance. A Ouagadougou, on apprend qu’une délégation malienne est attendue le 3 décembre pour des contacts préliminaires avec le MNLA.

RFI, le 28 Novembre 2012