Partager

C’est un véritable psychodrame que vit la plus grande formation politique du pays. Arrivé troisième avec un score qui frise l’humiliation, voilà que le parti de l’abeille n’arrive pas à se décider pour lequel des deux candidats il va appeler à voter. Si le président par intérim, Ibrahima N’Diaye, a appelé à voter Soumaïla Cissé, en application de la plateforme FDR signée le 31 mai dernier. le candidat malheureux du parti, Dramane Dembélé, a, quant à lui, choisi le camp opposé, en demandant à voter IBK lors du second tour de la présidentielle prévu le 11 août 2013.

Après l’annonce surprise du candidat malheureux de l’ADEMA, Dramane Dembélé, qui a, lors d’un point de presse tenu le samedi dernier, appelé à voter IBK, la direction de l’ADEMA-PASJ avait convoqué une réunion extraordinaire qui s’est tenue hier, dimanche. Auparavant dans un appel, le président par intérim du parti, Ibrahima N’Diaye avait demandé à tous les militants ADEMA de voter Soumaïla Cissé ; cela en application de la plateforme du FDR signée le 31 mai 2013.

En effet, à défaut de ne pouvoir se mettre d’accord autour d’un candidat unique, les 18 partis qui composent le Front uni pour la sauvegarde de la Démocratie et de la République (FDR) avaient scellé une plateforme d’alliance afin que tous s’alignent derrière le candidat issu de leur rang et qui arriverait au second tour de la présidentielle qui vient de se tenir. Parmi les partis signataires figurent, entre autres, l’ADEMA, l’URD et le FARE de Modibo Sidibé.

Avec un score de près de 9,6%, Dramane Dembélé dit avoir été trahi par son parti, principalement par les cadres de son parti. Une raison parmi d’autres qui l’a poussé à appeler à voter IBK. L’autre justification étant que l’ADEMA est, tout comme le RPM, membre de l’International Socialiste et qu’il se devait alors de soutenir le candidat issu de la même organisation supranationale. A la suite de cet appel, le président par intérim du parti, Ibrahima N’Diaye a répliqué en disant que » la décision de Dramane Dembélé n’engage que lui seul. C’est le parti qui décide. Les militants suivront notre mot d’ordre de voter pour Soumaïla Cissé»

La réunion d’hier n’a pas permis de rapprocher les points de vue. Elle a, au contraire, creusé davantage le fossé qui sépare les partisans d’un soutien à Soumaïla Cissé de ceux ayant opté pour un appel en faveur d’IBK.

In fine, la direction du parti s’est donné 24 heures pour aller discuter des conditions d’un éventuel soutien à l’un des deux candidats. Certainement que le plus offrant aura le soutien de la direction du parti. Attendons donc de voir de quel côté la balance va pencher. En tout cas, la rupture est déjà consommée.

Affaire à suivre.

Mamadou FOFANA

05 Août 2013