Partager

Il convient de rappeler que le président du Parti pour la renaissance nationale (PARENA), en la personne de Tièbilé Dramé, a été choisi par Dioncounda Traoré comme son émissaire spécial auprès de Blaise Compaoré pour discuter avec les représentants du Mouvenement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), dans la capitale burkinabé, des conditions de la tenue à Kidal de l’élection présidentielle dont le premier tour est fixé au 28 juillet 2013 ( rappelons que l’armée malienne avait dit, par la voie du capitaine Sanogo, qu’il n’y a pas d’élections sans la présence de l’armée à Kidal).

Après une dizaine de jours de pourparlers entre les parties en conflit et sous l’égide de Blaise Compaoré, président du Burkina Faso et médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne, un accord a été signé et qui consacre le retour de l’armée et de l’administration à Kidal en vue de la tenue dans cette région (toujours aux mains du MNLA) de ladite élection.

Comble du ridicule ! Après son fidèle serviteur Djiguiba Keïta ait donné sur les antennes de RFI, Tièbilé vient de demander au nom de son parti, le report de cette élection dont il n’avait cessé de soutenir la tenue à la date indiquée et cela sur toute l’étendue du territoire national (et donc y compris à Kidal).
Avec cette demande officielle de report du scrutin, Tièbilé a prouvé qu’il a négocié cette tenue de l’élection à Kidal à la date du 28 juillet avec des arrières pensées :

– Était- il convaincu avant de signer l’accord de Ouaga que les conditions de la tenue de l’élection présidentielle à la date indiquée n’étaient pas réunies? Et pour quelles raisons ?

– Savait- il que Kidal ne pourrait pas réunir les conditions idoines pour la tenue de cette élection à la date indiquée ? (On croit savoir qu’aussitôt arrivés à Kidal, le gouverneur et sa suite se sont repliés sur Bamako au motif de venir chercher des documents administratifs).

– Ou alors, était- il allé à Ouagadougou avec le désir de voir la «transition» se prolonger ?

– Est- il réellement de mèche avec Dioncounda Traoré pour une pérennisation éventuelle du pouvoir intérimaire à défaut d’un pouvoir légitime par une élection à laquelle il ne peut se présenter ?

– Joue- t-il à la diversion en demandant le report de l’élection présidentielle pour que l’opinion puisse juger l’homme comme indépendant d’esprit et de corps ?

– Tièbilé peut- il dire à la face du peuple malien qu’il n’est pas d’accord avec les termes de l’accord qu’il a signé à Ouaga au nom de Dioncounda Traoré ?

Tout compte fait, la contradiction est si flagrante entre la signature de l’accord de Ouaga et la demande officielle de report de l’élection présidentielle, que l’on est en droit de constater, hélas, que le président du parti du bélier blanc n’est pas blanc et qu’il n’a pas dit et fait ce qu’il pensait avant de signer l’accord provisoire de Ouaga pour la tenue de cette présidentielle hypothétique !
Cela n’est nullement surprenant quand on sait que l’Homme peut dire ce qu’il ne pense pas, penser ce qu’il ne dit pas et dire ce qu’il ne pense pas et ne fait pas.

On se demande donc : qui Tièbilé veut-il tromper au Mali ? Il doit se rendre à l’évidence que la roue de l’histoire va continuer à tourner. N’en déplaise aux anti coup d’Etat, rien ne sera plus comme avant au Mali !

Fodé KEITA

L’Inter de Bamako du 15 Juillet 2013