Partager

Dans l’une de nos précédentes parutions, nous avons titré « Le MNLA s’apprête pour une réplique ». Ce qui a été justifié le week-end dernier par de violents combats entre les islamistes du MUJAO et les rebelles touaregs du MNLA près de la ville de Gao.

Ce vendredi, les populations de Gao ont assisté à de violents affrontements entre les Touaregs du MNLA et les éléments du MUJAO qui ont leur quartier général dans la ville de Gao. Les combats ont éclaté vers la matinée à une cinquante de kilomètres de la ville d’Ansongo. Une colonne du MUJAO s’est heurtée à une colonne de véhicules du MNLA, le mouvement armé touareg venu de la ville de Ménaka. Ces affrontements sont les premiers entre les deux groupes depuis le 27 juin, date à laquelle le MUJAO a chassé le MNLA de la ville de Gao.

Cette riposte échouée du MNLA démontrent que ce mouvement voudrait avancer vers la ville de Gao, fief des islamistes. Toute chose qui s’est visiblement heurtée à une riposte des djihadistes du MUJAO qui voudraient prendre définitivement le contrôle de la localité de Ménaka où les rebelles du MNLA tentent de s’implanter de nouveau. Cette nouvelle vague de violence intervient au moment où les rebelles touaregs scotchés sur le principe laïc du pays tiennent des pourparlers formels avec ceux d’Ançardine qui, eux, défendaient bec et ongles l’imposition de la charia dans toutes les villes du Nord Mali.

Sur ce point, nos sources signalent que les discussions auraient enregistré des avancées significatives et pourraient déboucher sur la mise en place d’une alliance entre ces deux mouvements aux objectifs disparates afin de partager les mêmes lignes de bataille en vue de déloger les djihadistes et autres du Sahel. Aussi, certains analystes soutiennent que la stratégie du Médiateur dans la crise malienne serait mise en marche pour déloger les bandits armés de ces lieux et octroyer plus de légitimité et de conformité aux diverses revendications des rebelles du MNLA et d’Ançardine.

Si l’on s’en tient à ces informations, l’échec du MNLA serait pénible pour le Médiateur Blaise Compaoré qui veut faire éviter aux terroristes, islamistes et autres une intervention militaire dans la zone. Par ailleurs, le mouvement touareg (le MNLA), qui s’est replié à Ménaka où il réorganise ses troupes, se dit prêt à repartir à la conquête de la ville de Gao, tandis que le MUJAO dit vouloir en finir avec le MNLA. C’est dire qu’il faut s’attendre à une nouvelle flambée de violence dans la région.

Serge Lath

Le Combat du 20 Novembre 2012