Partager

massa-2.jpg
Auteur éponyme du prix récompensant un roman malien édité ces deux dernières années, Massa Makan Diabaté compte parmi les meilleurs écrivains de notre pays et du continent africain. Donner le nom de ce remarquable homme de lettres à un prix doté par le ministère de la Culture du Mali, est la juste reconnaissance de l’immense apport que représente son œuvre de qualité.

Lorsqu’un fils du pays reçoit des honneurs à l’étranger, il en est fier et c’est normal ; mais lorsque la reconnaissance vient des siens, de sa terre, la fierté en est encore plus grande, tant il est rare d’être reconnu prophète chez soi.

Outre la récompense du talent des postulants, ce prix permettra au public de découvrir ou de redécouvrir un auteur qui reste contemporain, tant par la justesse du ton que par les sujets abordés.

Historien et écrivain malien, Massa Makan Diabaté figure parmi les grands noms de la littérature de l’Afrique francophone. Né le 12 juin 1938 à Kita en plein pays malinké, un des berceaux de la tradition orale au Mali, Massa Makan Diabaté est issu d’une famille de maîtres de la parole et on pourrait dire qu’il est le premier griot qui s’est installé dans le domaine de la parole écrite.

Kélé Monson Diabaté, son oncle et maître, fut un traditionaliste que beaucoup de chercheurs ont consulté pour son savoir. Et l’auteur avoue devoir beaucoup à son enseignement Dès l’âge de 7 ans, il commence sa formation de griot. Comme le veut la coutume, il récitera, au cours d’une veillée, la geste de Soundjata, telle qu’il l’a apprise depuis sa plus jeune enfance auprès de son père. Cela justifie que Massa Makan Diabaté se soit situé d’une manière si naturelle « au carrefour de l’oral et de l’écrit« , si sensible et délicat à restituer et à faire partager avec le lecteur.

L’enfant, devra ensuite partir loin de sa terre natale parfaire son savoir grâce à la science d’autres maîtres de la parole proférée.

Confié dès l’adolescence à des parents adoptifs occidentaux, l’auteur dira de lui-même : « Moi Massa Makan Diabaté, je me définis comme une chauve-souris. J’ai un bec, je ne suis pas un oiseau ; j’ai des ailes, je ne suis pas un oiseau … Je ne peux pas me définir par rapport à l’Afrique, de même que je ne peux pas me définir par rapport à l’Occident. Je suis riche de cette double appartenance… « .

Massa Makan Diabaté est diplômé de sociologie et de sciences politiques, docteur en histoire, ancien fonctionnaire international, ancien Directeur de l’information du Mali. Au total son œuvre littéraire compte une douzaine de titres : poèmes, récits épiques, pièces de théâtre, romans. Ses ouvrages romanesques sont toujours marqués par l’oralité.

L’homme n’a jamais ressenti la moindre frustration du fait de son appartenance à la caste des griots, de nos jours encore largement dévalorisée, dans le cadre du code social aristocratique ancien, qui continue à agir de manière latente sur notre perception des composantes de la société.

Ses œuvres sont en général des analyses de sa société natale, les mandingues du Mali. Ses premiers livres sont la traduction d’épopées malinkées et de contes en français. Diabaté a obtenu le Grand prix littéraire de l’Afrique noire (1971), le Prix du concours théâtral interafricain (1970). Son Anthologie de la musique malienne a obtenu le prix Edison. Le Grand prix international de la Fondation Léopold Sédar Senghor a couronné la trilogie romanesque de Kouta en 1987 : Le lieutenant de Kouta (1979), Le coiffeur de Kouta (1980), et Le boucher de Kouta (1982).

L’écrivain malien le plus productif de sa génération nous a quitté le 27 janvier 1988, à Bamako. A la nouvelle de sa mort, hommes de culture, nombreuses fondations, citoyen lambda… ont tenu à lui rendre un hommage particulier.

Kélé Monson Diabaté eut ces mots : « Il n’est pas juste que le fruit vert tombe avant le fruit mûr« .

La Fondation Senghor s’est exprimée comme suit :

« Massa Makan Diabaté : Le grand conteur est mort … Le Malien Massa Makan Diabaté, le Grand Romancier, auteur de la «Trilogie de Kouta » s’en est allé… Voici donc parti, ce Grand Auteur au style plein de rire, d’ironie et d’humour, un style simple et direct qui cherche à sauver le spécifique de la Tradition. Que koras et balafons t’accompagnent, Massa Makan Diabaté, jusqu’à la demeure des Justes et des Cœurs purs ! »

Lilyan Kesteloot disait : « Massa Makan, le griot qui écrit le plus beau roman sur les griots, Massa Makan, ou comment parler malinké en un français plein d’élégance, Massa Makan Diabaté, l’œil impitoyable, la langue incisive, la plume corrosive, le talent incontournable« .

A l’occasion de cet événement qui célébrera le Livre et l’Auteur maliens, une soirée réunira le public autour de l’homme de culture que fut Massa Makan Diabaté.

Alors, faites-vous plaisir et venez participez aux journées de la Rentrée littéraire du Mali qui fait sienne la citation de ce grand maître de la parole : « Il ne suffit pas d’observer et de décrire le monde, mais il faut le transformer par l’activité humaine« .

Contribution Afribone Mali SA

Section presse du Comité d’organisation de la Rentrée littéraire


LA RENTRÉE LITTÉRAIRE DU MALI

Première édition les 17- 18- 19 janvier 2008 à Bamako

Auteurs en signatures dans les librairies, débats et rencontres, conférences, table ronde, lectures, remise des Prix littéraires.

Prix littéraires :

Prix du Premier roman : 1 000 000 FCFA : Prix décerné à une œuvre romanesque publiée au cours des deux dernières années.

Prix Massa Makan DIABATE : 2 000 000 FCFA : Prix décerné à une œuvre romanesque publiée au cours des deux dernières années.


Prix Yambo OUOLOGUEM :
5 000 000 FCFA : Prix continental décerné à une œuvre écrite ou traduite en français (roman, recueil de nouvelles ou de contes) publiée au cours des deux dernières années.

Conditions de participation : www. bamako-culture.org

Dépôt clôturé le 30 novembre 2008 à 0h.

Contacts Presse : 658 90 83/652 52 52

Contact Éditeurs/Libraires : 679 24 40

Contact Rencontres : 697 79 27

Direction : 642 22 10 – 646 21 14

03 décembre 2007.