Partager

Après Bamako, Kayes, Ségou et Gao, l’année dernière, c’était au tour de Mopti d’accueillir la rentrée culturelle 2007 avec comme thème central « Littérature et culture africaine ».

Ainsi, du 25 au 27 janvier dernier, la Venise malienne a abrité une exposition de livres, des visites de sites touristiques et un défilé de mode.

Vendredi 26 janvier, le ministre de la culture, Cheick Oumar Sissoko, a présidé les festivités de la rentrée culturelle dans la ville de Mopti.

Dans la matinée, au gouvernorat de région, une conférence sur « la contribution de deux écrivains maliens à la promotion de la culture africaine : Amadou Hampaté Ba et Yambo Ouologuem » a eu lieu sous la présidence du ministre Sissoko.

Etaient également présents, autorités politiques, administratives et scolaires de Mopti.

Mamadou Bani Diallo, conseiller au ministère de la culture, et Oumar Traoré, cadre à l’académie de Mopti, ont principalement animé cette conférence.

Elèves de Mopti sont venus très nombreux à cette conférence.

Après les communications sur le parcours, le combat et les ouvrages de deux auteurs, le ministre a procédé à la remise de 400 ouvrages d’un montant de plus d’un million de Fcfa, offerts par le Bureau malien des droits d’auteur (Bumda) à deux lycées public et privé de Mopti.

Ces livres comprenaient 100 exemplaires de chacun de ces 4 ouvrages : «  Kouty, mémoire de sang », « l’Étrange destin de Wangrin », « Les sans repères » et « Vieux lézard » , qui ont été remis à Aliou Sidibé, gouverneur de la région.

Dans la soirée, une soirée artistique et culturelle organisée par le ministère de la Culture a eu lieu au stade Barema Bocoum avec la participation de grands artistes comme Idrissa Soumaoro, Toumani Diabaté, les groupes de rap Tassouma woyo de Bamako, Farafina tignè de Mopti, « Atarek » de Ménaka, le Kanaga régional et Ramata Diakité, qui a reçu le prix de la meilleure artiste de l’année 2006.

Durant la soirée, le ministère de la Culture a procédé à une remise de diplômes pour manifester son soutien et sa reconnaissance aux écrivains qui se sont distingués par la qualité de leurs écrits . Il s’agit de Aïda Mady Diallo, Me Abdoulaye Garba Tapo, Albakaye Kounta et Ousmane Diarra qui ont respectivement écrit « Kouty mémoire de sang », « Fantan Kin » (La cité des pauvres), « Les sans repères » et « Vieux lézard ».

Ces ouvrages ont contribué à rehausser le niveau et la qualité de la littérature de notre pays.

30 janvier 2007.