Partager

Le Comité Exécutif de l’Adéma a décidé, au cours de sa réunion extraordinaire du 26 janvier 2008, du renouvellement des organes des sections, sous sections, et comités sur la période du 1er avril 2008 au 31 mai 2008. Ce renouvellement ne va-t-il pas poser d’autres problèmes dans la Ruche?

En tout cas, cette question mérite d’être posée lorsqu’on sait que l’Adéma a connu plusieurs scissions qui ont conduit à la création du MIRIA en 1994, du RPM en 2000 et de l’URD en 2007. Et le parti risque de subir une autre scission avec le renouvellement de ses organes.

Si les nouvelles adhésions massives ont été salutaires, on doit aussi s’attendre à des problèmes, car il est question, au cours du renouvellement, de trouver une place pour tous ces gens avant le congrès. Ce qui n’est pas chose aisée.

CONFLITS EN PERSPECTIVE ENTRE LES ARRIVANTS ET LES AUTRES

Ce qui est sûr, c’est qu’on ne pourra pas demander aux anciens qui estiment qu’ils ont tout donné au parti de céder la place aux nouveaux adhérents, car les structures sont déjà saturées. Il faut rappeler ceux qui étaient partis au MIRIA, au RPM et qui sont retournés à l’Adéma ne sont pas encore tous casés.

Des cadres de l’Adéma en veulent à ceux qui ont eu la chance de se positionner après leur retour car, ils estiment qu’eux qui ont accepté de rester malgré les problèmes méritent plus que ceux qui ont quitté le parti pour aller goûter le miel ailleurs.

En plus de ceux-ci, on a enregistré un retour massif des anciens adémistes notamment à Sikasso et Mopti. Et ceux-ci retournent avec des ambitions qui vont certainement déranger certains dans la Ruche. Aussi, ceux qui avaient pris du recul espèrent reprendre leur place.

A cela, s’ajoutent des responsables et militants des partis politiques et du mouvement citoyen qui sont prêts à fusionner dans l’Adéma. Quelle place sera-t-elle réservée à ceux ci?

LES TRACTATIONS

En tout cas, des tractations sont en cours. Au moment où les anciens se battent pour leur maintien, les nouveaux adhérents cherchent des voies et moyens pour intégrer les organes. Le Comité Exécutif (CE) est même convaincu que ce renouvellement ne s’effectuera pas sans problème.

C’est pourquoi, dans sa lettre circulaire N°138/CE-Adéma-PASJ/2008 adressée aux camarades secrétaires généraux des sections, sous-sections et comités pour le renouvellement des organes, il a été rappelé, la recommandation de la 9ème Conférence Nationale.

Il sera difficile de renouveler les organes en tenant compte des nouvelles adhésions sans problèmes car les anciens ne seront jamais prêts à céder au profit des nouveaux venus. Donc, les hostilités sont désormais ouvertes au niveau des structures à la base.

DES QUESTIONNEMENTS

En plus, des probables problèmes lors du renouvellement des structures à la base, les nouvelles adhésions risquent de poser d’autres problèmes au congrès. Car, ce prochain congrès, il aura deux enjeux à savoir : Comment se maintenir ou arriver au CE? Qui sera le prochain président de l’Adéma?

Cette dernière question est importante, puisque les élections présidentielles de 2012 arrivent. Si en 2007 il a été question de transformer le soutien politique de l’Adéma en soutien électoral au président sortant, à la prochaine présidentielle, le parti présentera un candidat issu de son rang.

Dans ce cas, à moins que le prochain congrès en dispose autrement, celui qui sera élu nouveau président de l’Adéma a toutes les chances d’être le candidat en 2012. On se souvient qu’en 1992, Alpha Oumar Konaré président du parti a été candidat aux présidentielles.

Mais, il faut souligner que le contexte a changé dans la Ruche, même si les hommes restent dans la plupart des cas, aujourd’hui il y a des ambitions, ce qui veut dire que le parti n’est pas à l’abri d’une pluralité de candidatures. Donc il faut s’attendre à tout à l’Adéma, sauf au calme et à la sérénité.

Dado CAMARA

15 avril 2008.