Partager

En initiant un débat samedi sur le thème « le renouveau de l’action publique et la dynamisation du secteur privé », il ne s’agissait pas pour le Cercle de l’entreprise et de l’initiative sociale (CEIS) de faire le procès de l’administration mais de l’inviter à améliorer ses prestations.

L’équipe gouvernementale dirigée par Modibo Sidibé a décidé de faire du secteur privé l’un des principaux vecteurs de sa stratégie de recherche de la croissance économique. Et le « renouveau de l’action publique » est certainement l’une des manifestations de cette volonté.

Créé il y a un an, le CEIS, qui a pour vocation de bâtir des entreprises compétitives au Mali et de permettre l’émergence d’entrepreneurs modernes, porteurs d’éthiques et solidaires, a organisé le 24 mai dernier à DFA une journée de réflexion sur « le renouveau de l’action publique et la dynamisation du secteur privé » sous la présidence du Premier ministre et des membres du gouvernement.

A travers cet exercice, il ne s’agissait pas, pour le CEIS, de dresser un tribunal, ou de mettre en cause l’administration publique malienne, mais de l’inviter à améliorer ses performances.

Au cours des débats qui ont duré deux heures, les membres du CEIS ont échangé avec le Premier ministre sur quatre sous-thèmes : le secteur privé face à la loi et au règlement, le secteur privé et les recours contre l’administration, le secteur privé et l’amélioration de la qualité du service public, et le secteur privé et l’organisation des professionnels et des professions.

A la lumière des débats inter actifs sur ces questions d’intérêt national, il est apparu qu’il existe des aspects sur lesquels l’administration est nettement en déphasage.

Faisant part de leurs jugements et de leurs attentes légitimes au Premier ministre, les membres du CEIS ont souhaité la mise en place d’actions concrètes et dynamiques dans le cadre de structures de veille et de concertation, visant à faire de l’administration une institution performante qui joue pleinement son rôle dans le chantier du développement économique et social dans lequel notre pays s’est engagé.

L’organisation de ce débat entre les entrepreneurs et les décideurs a été l’occasion, pour le chef du gouvernement, de réaffirmer que le renouveau de l’action publique est au cœur du Programme de développement économique et social du président de la République.

Pour faire émerger une administration efficace et compétente, Modibo Sidibé a insisté sur le respect des valeurs de base comme la présence physique au service, la ponctualité, la transparence dans la gestion, la construction d’un véritable partenariat avec le secteur privé.

Pour favoriser l’émergence d’entreprises compétitives, le chef du gouvernement a annoncé que des réformes importantes sont en cours pour résoudre en partie les problèmes. Il s’agit notamment de la déconcentration de la direction générale des marchés publics (DGMP), l’allègement du taux de ses pouvoirs, la publication des résultats des dépouillements.

« Il y a une volonté manifeste de favoriser les entreprises nationales mais il faut qu’elles soient compétitives. La question de l’éthique et de la loi se pose ».

Et Modibo Sidibé de poursuivre que « le renouveau de l’action publique ne se limite pas à la sphère étatique, mais il est également élargi au secteur privé en vue de l’atteinte des objectifs majeurs. Nous voulons des entreprises solides et compétitives au plan national et international.

Il est important que le secteur privé s’organise et se concerte », a-t-il conclu.

La journée d’échange sur le thème : « le renouveau de l’action publique et la dynamisation du secteur privé » marque le démarrage officiel des activités du CEIS.

Mohamed Daou

26 Mai 2008