Partager

Les travaux de l’atelier des organisations de la société civile pastorale malienne ont pris fin jeudi dernier. Il s’agissait d’une formation sur la mise en œuvre d’un plan d’implémentation « One Health (santé unique) » à Bamako. La cérémonie de clôture a eu lieu à l’Hôtel Olympe à Badalabougou.

L’atelier a permis de regrouper une grande diversité d’acteurs composés de représentants de la société civile nationale et régionale, d’ONG nationales et internationales, des services techniques déconcentrés, des professionnels de la santé animale et humaine, des partenaires financiers, universitaires, professionnels actifs de l’environnement.

L’objectif était d’informer les organisations de la société civile pastorales sur le concept One Health et les dynamiques en cours au niveau national et régional. L’atelier se proposait aussi de faire remonter les préoccupations des organisations de la société civile pastorale aux niveaux national et régional.
« Le but de cette rencontre est de donner une place importante à l’implication des organisations de la société civile locales (ONG locales et organisations paysannes) », a affirmé le directeur-pays Belgique de Vétérinaires sans frontière, Gilles Vias Frank.

Selon les organisateurs, la valeur ajoutée de cet atelier sera de regrouper les acteurs dans la région qui mettent en œuvre des actions qui relèvent des trois interfaces à la base de l’approche One Health ; à savoir : l’interface animal-homme, homme-environnement et environnement-animal.

Ce plan devra être porté par les différents partenaires techniques et financiers (PTF), les organisations de la société civile et notamment les organisations paysannes, les autorités politiques, les organisations non-gouvernementales et les partenaires scientifiques (à travers les formations et l’éducation).
Un focus-groupe One Health a été mis en place pour coordonner la mise en œuvre des activités, après l’atelier.

Aux termes des travaux, des recommandations ont été formulées. Il s’agit, entre autres, d’établir de façon concertée une liste consensuelle de zoonoses, d’élargir la représentativité de la plateforme One Health (organisation d’une rencontre entre des représentants des participants de l’atelier et la plateforme), d’intégrer l’approche One Health dans des chaînes de valeur animale (viande, miel, lait, cuirs et peaux, bétail sur pied), de mettre en œuvre un plan précis, de sensibiliser, informer et renforcer les capacités des communautés pour la gestion durable des espaces pastoraux et des troupeaux.

Zié Mamadou Koné
Stagiaire

Du 23 Janvier 2017