Partager

300 millions de dollars pour les rails
Dans la première région administrative du Mali, Kayes, communément appelée la capitale des rails, les populations souffraient d’un manque cruel d’eau potable pour la simple bonne raison que l’adduction d’eau existante ne permettait plus de distribuer cette source de vie à tous les ménages. Pour trouver de l’eau, il fallait veiller, selon plusieurs habitants que nous avons approchés. Maintenant, c’est terminé, c’est un triste souvenir grâce à l’engagement du président de la République, soutenu par le royaume de Danemark.

En effet, le chef de l’Etat a inauguré le mardi 17 octobre les ouvrages hydrauliques de renforcement de l’adduction d’eau potable de Kayes. Elle a été suivie du lancement de l’opération de 1500 branchements sociaux. Ainsi, la capacité de production d’eau potable est passée depuis mardi à Kayes de 10 000 à 20 000 m2, soit une augmentation de 100%. Quant à la densification du réseau, elle passe de 165 à 271,8 kilomètres, soit une augmentation de 165%. Désormais même les villages environnants pourraient être approvisionnés en eau potable.

Le coût total des investissements se chiffrent à 3,4 milliards de nos francs. Grâce au programme d’urgence présidentiel d’accès à l’eau potable et à l’électricité, une opération de 1500 branchements sociaux dans l’élan de solidarité national et de justice sociale, prônée par IBK a été lancé par lui-même en remettant au sept premiers bénéficiaires les polices d’abonnements. C’est ainsi que le chef de l’Etat s’est personnellement déplacé au domicile de M. Abdramane Diarra pour procéder à la coulée d’eau. Une véritable fête dans cette famille et environ. Monsieur Diarra, un modeste citoyen n’a pu cacher sa satisfaction, en remettant à l’illustre hôte un gros poisson. Les femmes qui s’y trouvaient ont multiplié les bénédictions à l’endroit d’IBK. Une d’entre elles nous a confié : « Nous n’avons jamais cru qu’un jour, dans nos modestes concessions, qu’il aura un robinet. Que Dieu bénisse IBK ».Il faut rappeler que la réalisation de 233 équivalents points d’eau moderne dont 40 adductions d’eau potable, 277 bornes fontaines, la réhabilitation de 214 puits modernes et 211 pompes à motricité humaine etc sont prévues dans la région de Kayes.

Dans son allocution, le très brillant ministre Malick Alfousseiny Maiga a expliqué avec éloquence que c’est le programme présidentiel d’urgences sociales d’accès à l’eau potable, pour la période 2017-2018 qui oriente son département à faciliter l’accès à l’eau potable (accès tout à la fois géographique et financier) pour les populations à faibles revenus. Il s’agit selon lui, de multiplier les aménagements et les points d’eau, y compris en milieu urbain et semi-urbain, c’est-à-dire là où les populations payent l’eau 4 à 5 fois plus chères qu’un abonné ordinaire.

Il n’a pas manqué de rappeler ce qui a été fait avec la station de pompage de Kalabancoro, le projet d’alimentation en eau potable de Bamako à partir de Kabala…
Pour sa part, le maire de la commune de Kayes, l’intrépide Guindo a fait parler les chiffres. Selon lui, de 1960 à janvier 2016 le total du réseau d’adduction d’eau de la ville de Kayes était de 156 kilomètres. De cette dernière date à décembre 2016 le gouvernement et ses partenaires ont fait réaliser 288 kilomètres de réseau d’adduction d’eau à travers la ville de Kayes. De novembre 2017 à mai 2018, la mairie avec l’appui du gouvernement et de ses partenaires (PACUM), va réaliser plus de 50 kilomètres de réseau d’adduction d’eau dans les quartiers périphériques de la ville. La mairie fera également construire un château d’eau de 170m3 de capacité et une station de pompage avec 100 branchements sociaux gratuits. Avec toutes ces réalisations, Kayes deviendra, à en croire le maire, à n’en pas douté la ville la plus dotée en eau potable du Mali avec comme résultat une nette amélioration de la qualité de la santé publique.

Parlant du deuxième pont de Kayes, il a rappelé que c’est sous l’égide d’IBK, en sa qualité de premier ministre que le premier pont a été réalisé à hauteur de 2,8 milliards. Aujourd’hui en sa qualité de chef de l’Etat, il a ordonné le démarrage officiel du deuxième pont, avec ses voies d’accès, à hauteur de 37 milliards de nos francs. Ce dernier à une capacité double de celle du premier. C’est le même IBK qui a répété le geste 20 ans plus tard pour le bonheur des usagers du corridor Bamako-Dakar.
Les travaux de la route Kayes-Sadiola, d’un coût total de 43 milliards de nos francs ont également démarré.

Le président IBK, dans sa brève allocution a remercié les populations de Kayes, sorties sous le soleil pour lui réserver un bon accueil. Avec humilité, il a laissé entendre qu’il est là pour répondre aux préoccupations des maliens. Il a ensuite annoncé que le financement de la route Kayes-Mauritanie est acquis. De même, il a avisé que le Mali et le Sénégal ont obtenu auprès de la Banque mondiale 300 millions de dollars US pour les rails, qui constituent selon lui un élément essentiel de l’économie de la région.

El Hadj Chahana Takiou
Envoyé spécial

Du 19 Octobre 2017