Partager


Dans le cadre des contours rentrant dans les festivités de la 7e Rencontres africaines de la photographie dont l’ouverture est prévue le samedi 24 novembre, « Cultur’elles », en partenariat avec le CCF, la Fondation Orange et de l’Union européenne présentera… une très grande exposition dénommé « Nouvelles images, nouveaux supports ».

Les initiateurs du projet, Morimousso dite Mantchini Traoré, présidente de « Cultur’elles », le directeur du CCF, Jean-Luc Ballet, Véronique Joo’Aisenberg de Cultures France étaient face à la Presse pour s’expliquer sur le déroulement de l’événement.

« Culter’elles » , selon sa présidente, souhaite donner aux Rencontres un ancrage populaire à côté des expositions officielles et proposera au public malien une exposition dénommé « Nouvelles images, nouveaux supports », des créations artistiques originales autour de la photographie et de l’image vidéo.

Situé dans la Zone industrielle, baptisé « Quartier d’Orange », l’espace permettra de présenter au public néophyte les travaux de nombreux photographes et créateurs. Par cette action, ajoutera Mme Traoré, l’association entamera un nouveau processus d’appropriation de l’objet d’art photographique, en proposant des créations de textile et des objets utilisant la photo comme « matière première ou comme élément graphique ».

La manifestation sera l’occasion, pour le public scolaire, de se familiariser avec les notions de la photo. « L’événement permettra de démocratiser l’accès à la photographie » a-t-elle fait valoir.

En tout état de cause, elle sera l’occasion d’immortaliser le travail de Malick Sidibé, reconnu pour son professionnalisme dans la photo. L’homme, à en croire la présidente de « Cultur’elles », incarne aujourd’hui la mémoire des années 1940 et 1960 pour beaucoup de Maliens.

Outil principal de la coopération culturelle française au Mali, le directeur du CCF dira que sa structure soutiendra toute création contemporaine de ce pays, de l’Afrique francophone. Le CCF veut élargir son réseau de partenaires potentiels et mobiliser les opérateurs locaux. « Cultur’elles en est le meilleur exemple », a-t-il reconnu.

Les locaux actuels du CCF ne lui permettant pas de développer une politique ambitieuse d’expositions (photo, arts visuels, arts plastiques…) l’espace artistiques « Quartiers d’Orange » aménagé par « Cultur’elles » pourra enfin bénéficier de son soutien et de ses initiatives.

Amadou Sidibé

22 novembre 2007.