Partager

Tous candidats potentiels à la présidence de la République du Mali au détour du scrutin présidentiel du 29 avril 2007, à l’exception du Pr. Abdoulaye Traoré dit Diop, président de l’Association pour la Démocratie et la Justice (ADJ) Ibrahim Boubacar Kéïta du RPM, Soumeylou Boubèye Maïga, 1er vice- président de l’ADEMA et non moins président de Convergence 2007, Tièbilé Dramé du PARENA, Mamadou Sangaré dit Blaise de la CDS-Mogotigiya se sont réunis, hier dimanche 4 février, au siège du PARENA à Bolibana. A l’ordre du jour, un échange autour du protocole d’accord du Front pour la Démocratie et la République (FDR) qu’ils entendent créer pour favoriser l’alternance politique au Mali et de la plate-forme électorale qu’ils comptent mettre en oeuvre pour réaliser cet objectif.

Ibrahim Boubacar Kéïta du RPM, Soumeylou Boubèye Maiga de Convergence 2007, Tiébilé Dramé du PARENA, Blaise Sangaré de la CDS, Pr. Diop de l’ADJ se sont retrouvés hier, dimanche 4 février, au siège du PARENA. L’objet de la rencontre était de discuter du Protocole d’accord du Front pour la Démocratie et la République et de la plate -forme électorale.

Selon un communiqué de presse, signé par le porte-parole provisoire du FDR, Djiguiba Kéïta, les parties prenantes  » convaincues de l’impérieuse nécessité de rassembler les forces démocratiques, républicaines et patriotiques en vue d’amorcer un véritable changement créant les conditions d’une alternance basée sur des élections libres, transparentes et crédibles ; conscientes du rôle primordial des partis politiques dans l’approfondissement de la démocratie et le renforcement de l’Etat de droit, se sont mises d’accord sur les textes discutés ». Aussi, ont-elles décidé de la création prochaine du Front pour la Démocratie et la République avec pour sigle FDR. Celui-ci a pour objectif de constituer un pôle démocratique et républicain solide et stable pour l’alternance politique au Mali en 2007.

Ces mêmes leaders ont décidé, à en croire la même déclaration, de la signature du Protocole d’accord du Front pour la Démocratie et la République à une date qui sera ultérieurement communiquée, de faire du siège du PARENA leur siège provisoire. Ils ont, en outre, désigné M. Djiguiba Kéïta/PPR, porte-parole provisoire du Front en gestation.
Nous avons pu mettre la main sur les deux documents adoptés par les fondateurs du Front pour la Démocratie et la République.

Le premier, intitulé :  » protocole d’accord du Front pour la Démocratie et la République(FDR)  » comprend 22 articles et huit chapitres et, bien sûr, un préambule. Ce dernier fait référence aux sacrifices consentis par le peuple malien, au cours de sa longue lutte pour l’avènement de la démocratie pluraliste, à l’impérieuse nécessité de rassembler les forces démocratiques, républicaines et patriotiques, au rôle primordial des partis politiques dans l’approfondissement de la démocratie et le renforcement de l’Etat de droit, au Manifeste pour la Démocratie, à la situation politique et socio-économique actuelle, aux valeurs culturelles fondatrices de la société malienne.

Dans le chapitre premier, consacré à la création, on note que :  » les parties signataires du présent protocole : l’ADJ, la CDS Mogotigiya, la Convergence 2007, le PARENA et le RPM décident solennellement d’unir leurs efforts et de travailler ensemble dans le respect de leurs identités propres et dans la solidarité pour assurer une pratique démocratique véritable dans notre pays ; de créer à cette fin une alliance dénommée Front pour la Démocratie et la République dont le sigle est FDR « .

Dans le deuxième chapitre, les objectifs sont énumérés. Entre autres, on retient la constitution d’un pôle démocratique et républicain solide et stable pour la conquête et l’exercice du pouvoir ; d’effectuer un travail d’information, de formation et de sensibilisation en direction des partis, des associations démocratiques et des populations en général ; d’organiser des concertations entre parties en vue de dégager des positions communes sur toutes les grandes questions de la nation ; d’élaborer, dans le cadre du FDR, des éléments d’un plan d’action à court, moyen et long termes ; d’œuvrer au renforcement des acquis républicains et démocratiques du peuple malien notamment les institutions républicaines, l’Etat de droit, le pluralisme politique, la démocratie représentative et la décentralisation.

Le troisième chapitre concerne l’adhésion. Elle est prononcée par le présidium et notifiée à la partie intéressée. Elle se fait suivant les procédures internes propres à chaque organisation. Les autres chapitres portent sur le fonctionnement et l’organisation du FDR, ses ressources, les droits et devoirs, son programme de développement, les actions politiques et les dispositions finales.

Soulignons que le Front est dirigé par un présidium, organe suprême du FDR, des bureaux de coordinations régionales et locales.

Le second document adopté par IBK-Soumeylou Boubèye Maiga-Tiébilé Dramé-Blaise Sangaré-Pr. Diop concerne le « projet de plate forme électorale ». Il comporte quatre parties : les fondements, la gestion des contentieux politiques et électoraux entre membres du FDR, les engagements, les candidatures aux différentes élections. Sur ce dernier point, on retient, concernant l’élection présidentielle que le FDR opte pour une pluralité de candidatures au premier tour. Les parties désireuses de présenter un candidat devront pouvoir compter sur la solidarité des autres parties membres.

Celles qui ne présenteraient pas de candidat s’engagent à soutenir exclusivement l’un des candidats du FDR. En cas d’un second tour opposant un candidat du FDR à un candidat non membre de ce regroupement, toutes les parties membres appelleront publiquement à voter pour le candidat du FDR et s’emploieront, de toutes leurs forces, au bon déroulement des reports de voix.

En cas d’un deuxième tour opposant deux membres du FDR, les parties signataires s’engagent à faire en sorte que la compétition se fasse en toute loyauté, et reste dans l’esprit et le cadre du protocole d’accord, étant entendu qu’à terme, l’engagement de constituer une majorité de gouvernement demeurera plein et entier.

En cas d’un deuxième tour auquel aucun membre du FDR ne participerait, ce dernier décidera de la position la plus conforme aux idéaux définis dans son protocole d’accord. Quant aux législatives, les listes devront être négociées partout où nécessaire dans un esprit de solidarité tenant compte des réalités locales.

Chahana TAKIOU

05 février 2007.