Partager

Depuis le début de la crise sécuritaire, politique et institutionnelle dans notre pays, nos compatriotes restés dans les zones sous occupation sont soumis aux lois des groupes armés de velléité djihatiste et séparatiste. Ces envahisseurs, sans loi ni foi, tentent par tous les moyens d’avoir la main mise sur cette partie tombée sous leur contrôle, à travers, des rencontres intempestives avec les notabilités des régions nord du Mali.

Selon une source bien informée, des éléments du Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’ouest (MUJAO) ont rencontré, le samedi 11 août 2012, les notables de la cité des Askia.

Le but de cette rencontre était de discuter de l’évolution de la situation après les différentes condamnations qui ont fusé après l’amputation de la main d’un prétendu voleur à Assongo. Au cours de ces échanges, les envahisseurs ont, sans détour, réaffirmé qu’ils ne changeront pas leur agenda dans l’application de la charia dans toutes les localités sous leur contrôle.

Des témoins ayant assisté à la rencontre ont rapporté que les fous de Dieu ont réitéré leur volonté de continuer à amputer la main des personnes coupables de vol et à lapider les jeunes amoureux. Selon toujours cette source, les jihadistes ont déclaré qu’ils accorderont une chance à ceux qui se font prendre pour des cas de vol, mais qu’à la seconde fois le récidiviste se verra amputé la main conformément à la charia.

Les plus hautes autorités sont interpellées afin d’intervenir rapidement pour bouter hors de nos frontières les bandits armés pour enfin abréger la souffrance de nos compatriotes au nord Mali.

Boubacar PAITAO, stagiaire

L’Indépendant du 16 Août 2012