Partager

Promouvoir la paix, la sécurité et le développement durable au nord

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Moctar Ouane, a tenu hier lundi 14 avril, dans son département, la réunion d’information du corps diplomatique sur la situation sécuritaire et les perspectives de développement des régions nord du Mali. Il avait à ses côtés son homologue de l’administration territoriale et des collectivités locales Kafougouna Koné.

appelant la situation sécuritaire dans le septentrion de notre chère nation, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Moctar Ouane, face a une pléthore d’ambassadeurs, a cité les 13, 15, 17 février dernier comme dates auxquelles se sont déroulées les cérémonies solennelles consacrant la cessation des hostilités qui avaient perturbé la paix et la sécurité dans le nord.

Moctar Ouane a jugé que le forum de Kidal des 23 et 24 mars 2007 a ouvert des perspectives prometteuses pour le développement des régions du nord avec l’adoption, à cette occasion, d’un programme décennal de développement desdites régions, assorti d’un plan d’actions prioritaires pour les périodes 2007-2011 et 2012-2016.

Il a déclaré que ce résultat constitue une grande victoire du peuple malien obtenue grâce à la volonté personnelle du chef de l’Etat, son Excellence Amadou Toumani Touré et aux efforts persévérants du gouvernement, à l’implication constructive de bonnes volontés nationales et à l’engagement positif des pays frères et amis du Mali. Singulièrement de la République démocratique populaire algérienne et de la grande Jamahiriya arabe populaire et socialiste libyenne.

Il a rappelé que la vision du gouvernement malien de promouvoir la paix, la sécurité et le développement durable dans cette partie du territoire national, est de créer les conditions de la mise en œuvre de l’accord d’Alger du 4 juillet 2006, des recommandations du forum de Kidal des 23 et 24 mars 2007 et des projets et programmes de développement spécifiques dont le programme de développement de la région de Kidal (PDRK) et le programme d’appui au développement des régions du Nord (ADERE Nord). Toute chose qui constitue les fondements d’une paix définitive et durable dans les régions du nord de notre pays.

Relevant ainsi que le gouvernement du Mali demeure convaincu que ces conditions permettent d’envisager la déclassification de la région de Kidal dans l’échelle des risques de sécurité établie par les Nations Unies.

Le ministre a souligné la détermination du gouvernement malien d’utiliser les ressources actuelles du fonds spécial d’investissement, de développement et de réinsertion socio-économique, soit 1 135 000 000 de FCFA, pour le financement du plan d’action pour la réinsertion socio-économique des jeunes démobilisés.

En effet, il a indiqué que le groupe technique chargé du montage des dossiers de réinsertion est déjà à pied d’œuvre à Kidal. De même que l’agence de développement du nord (ADN), chargée de veiller à cette réinsertion a organisé, les 12 et 13 mars, un atelier de validation du manuel de procédure de la mise en œuvre de la réinsertion.

Moctar Ouane n’a pas manqué de relever que le gouvernement du Mali considère comme une ardente nécessité la mise en place d’un mécanisme de consultation efficace avec les partenaires techniques et financiers en vue de réaliser le consensus voulu sur la mise en œuvre d’un programme considéré comme un puissant facteur de développement des régions de Tombouctou, Gao et Kidal.

En effet, «il nous faut redoubler d’efforts en vue de l’approfondissement du processus de décentralisation dans lesdites régions à travers le renforcement des capacités des acteurs, la mise en œuvre des processus de transfert de compétences et des ressources de l’Etat aux collectivités locales».

Pour finir, le ministre Ouane a mis l’accent sur les actions communautaires qui doivent être les porteuses de développement fondées sur une approche participative, visant le renforcement de la cohésion sociale, la lutte contre la pauvreté, en un mot le développement humain durable (santé, éducation et eau) ainsi que le développement des infrastructures.

Samba TRAORE

Stagiaire

15 Avril 2009