Partager

Une semaine après s’être prononcé sur ses relations avec le président déchu Amadou Toumani Touré, le président IBK a rencontré ce dernier à Dakar en marge du sommet de la Cedeao qui s’est tenu dans la capitale sénégalaise, samedi. Et le Général Amadou Aya Sanogo dans tout ça ?

Les deux hommes étaient donnés jusqu’à la récente déclaration de l’homme fort de Sébénicoro comme ayant des rapports très tendus. Depuis un certain temps, nombreuses sont les voix qui se sont levées pour demander le retour de l’ancien président de son exil doré au pays de la Teranga. La tension était devenue beaucoup plus vive le 21 mai dernier, quand un grand meeting fut organisé au nom de la réconciliation nationale et dont le maître mot était pour les partisans du Général cinq étoiles, le retour de celui-ci au bercail.

Ceci a sonné comme l’effet d’un couperet dans la haute sphère de l’Etat. Car quelques jours après ce meeting, IBK annonce qu’il n’a aucun problème particulier avec ATT dont il a salué les hauts faits en tant que président de la République. Ce revirement de situation de la part du locataire de Koulouba a été salué par tous. Il sonnait comme un signe annonciateur non seulement de l’aplanissement des relations entre les deux hommes, mais aussi et surtout du retour très réclamé des partisans du Général Touré.

L’homme, on se rappelle, était donné au sein d’une frange partie de l’opinion comme un traitre après le coup d’Etat perpétré par la junte militaire. Il était accusé de mauvaise gestion et de haute trahison. Il a fallu l’intervention de la Cedeao à travers son médiateur, Blaise Compaoré, pour qu’ATT s’exile à Dakar.

Aujourd’hui, c’est cette même Cedeao qui fait l’intermédiation pour le retour de l’enfant de Mopti sur la terre de ses ancêtres.

L’opinion nationale serait très curieuse de savoir ce que ces deux hommes se sont dits lors de cette rencontre historique qui s’est tenue certainement à huis-clos. De sources bien introduites, il nous revient que c’est Macky Sall qui aurait joué le rôle d’intermédiaire au nom de la Cedeao entre les deux hommes.

Sous les tropiques sénégalais, on a appris que Macky Sall s’apprête également à faire de même avec son ancien père spirituel, Abdoulaye Wade. Pour ce faire, il s’apprêterait à gracier Karim Wade. D’ailleurs, il a déjà donné le ton en annonçant sa libération d’ici à la fin de l’année.

Le Général Sanogo trahi ?

Les retrouvailles entre ATT et IBK sonnent comme un sérieux revers pour le «Général Diagné wati » Amadou Aya Sanogo. Celui-là même qui a fait tomber l’enfant de Soudoubaba en l’obligeant à dévaler le flanc de la colline de Koulouba. Pendant que les deux hommes fument le calumet de la paix, lui croupit entre quatre murs à Sélingué. Comme le dit IBK, « il aura le temps de mesurer toute la gravité de son acte », comme l’affirmait IBK dans une interview accordée à Jeune Afrique. A Sanogo, on reproche d’avoir été complice de l’exécution sommaire d’une dizaine de bérets rouges lors de l’affrontement entre bérets rouges et bérets verts.

Les familles des victimes, qui le prennent pour responsable de la disparition des leurs, continuent de réclamer justice et sont aux aguets pour voir le chef de la junte répondre de ses actes.

Du fond de sa cellule, il doit voir cette réconciliation comme une trahison.

Pour la paix, la sérénité et la cohésion sociale, il serait important de le libérer, lui aussi. Pour la simple raison que tous les politicards actuels ont fricoté avec lui en mars 2012. L’Etat pouvait passer l’éponge sur tous ces épisodes sombres de notre histoire récente et se consacrer à l’essentiel, avec la participation de tous les fils du pays. Mais c’est loin d’être gagné d’avance, car sa libération est perçue par d’aucuns comme une menace pour la stabilité du régime en place. Dieu veille !

Harber MAIGA

06 Juin 2016