Partager

Rencontre ansar dine – blaise compaoré : Le ministre Tieman en figurant à Ouaga

Le ministre des affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tieman Coulibaly, a donné une conférence de presse dans la salle de conférence de son département, hier 5 novembre, pour faire un bilan d’étape, depuis son entrée au gouvernement, le 20 août dernier, soit deux mois et demi. Mais on sait aussi que le ministre Tieman était à Ouagadougou, samedi dernier, au moment où le président du Faso, Blaise Compaoré, rencontrait des membres d’un des groupes armés qui occupent le nord du Mali.

Les journalistes sont restés sur leur faim, car le ministre n’a pu rien dire de cette rencontre qui concerne au premier chef notre pays. Le ministre s’est contenté de dire qu’il n’était pas partie prenante à cette rencontre et qu’il n’en savait rien. Une sortie du ministre pleine de contradiction, car soutenant qu’il se doit d’être présent partout où le Mali sera le sujet au centre des rencontres. On se plaint toujours du fait que le Médiateur rencontre les rebelles maliens sans nous, alors désormais je serai partout où on parlera du Mali, s’affiche le ministre. Comment cette rencontre peut-elle avoir lieu et que nous soyons absent ? a-t-il poursuivi.

Mais en même temps, notre ministre des Affaires étrangères ne sait rien de cette rencontre. Etait-il à Ouagadougou en figurant ? Si c’est pour aller pavaner dans les hôtels de Ouaga, le gouvernement ferait mieux de préserver nos maigres ressources en attendant la guerre que le ministre trouve par ailleurs inévitable. Cependant la diplomatie malienne a marqué des bons points en permettant le retour dans la famille diplomatique africaine après notre suspension par l’Union africaine depuis le coup d’Etat du 22 mars dernier.

C’était une des principales requêtes du chef de l’Etat, le Président de la République par intérim Dioncounda Traoré, à la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, lors de la cérémonie d’ouverture de la réunion du groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali, le 19 Octobre dernier à Bamako. Cette réunion sur le « concept stratégique » demandé par le conseil de sécurité a consacré une victoire de la diplomatie malienne, selon le ministre.

Suite à la demande malienne portée devant le conseil de sécurité lors de la conférence sur la crise dans le sahel, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, la résolution 2071 a été adoptée le 12 Octobre, comportant un délai de 45 jours pour dégager un plan opérationnel de reconquête du nord Mali.

Ce concept opérationnel fait siens les échanges de la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine le 26 Octobre qui a permis de lever la sanction du Mali. Le document qui sera issu de la rencontre des experts sur la planification de la guerre en cours à Bamako sera présenté le 26 novembre au Conseil de sécurité. La diplomatie malienne a le vent en poupe.

B. Daou

Le Républicain du 06 Novembre 2012