Partager

meet.jpgHier mardi, au Centre international de conférences, la cérémonie d’ouverture des travaux de la rencontre annuelle entre le gouvernement et les organisations et associations signataires d’accord-cadre avec l’État a eu lieu sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Mamadou Seydou Traoré.

La rencontre a enregistré la présence des gouverneurs de régions, des représentants des organisations internationales et des partenaires techniques et financiers.

Ces rencontres offrent l’occasion d’instaurer un cadre de dialogue permanent entre le gouvernement et ses partenaires.

C’est ainsi, qu’en avril dernier, une commission de travail chargée de la redynamisation des rapports entre les deux entités a été créée.

Rappel a été fait par Mr Salikou Ouattara, représentant du collectif des organisations non gouvernementales, que depuis plus d’une trentaine d’années, gouvernement et ONG ont fait du chemin ensemble.

Cette démarche, selon Mr Ouattara se concrétise sur l’ensemble du territoire par la promotion d’actions de développement dont les résultats attestent du caractère positif de cette dynamique partenariale.
Partenariat des ONG et associations signataires d’accord-cadre avec le gouvernement remonte à une période assez lointaine.

En effet, entre 1973 et 1984, les ONG opéraient sur le terrain, dans le cadre d’abord de l’aide d’urgence liée à la sécheresse, puis des actions de développement.

A partir de 1991, avec l’avènement de la démocratie, elles ont opéré dans l’accompagnement du processus de décentralisation, ainsi que de toutes les tentatives de dialogue constructif entre les différents acteurs du pays.

En 2005, avec une contribution annuelle des ONG au développement, estimée à 63 milliards de Fcfa, aujourd’hui, les actions des ONG occupent une place importante dans la réussite des politiques de développement et du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté, la référence en matière de politique macro-économique de notre pays.

Depuis mi-2005, ce partenariat s’est dynamisé avec la mobilisation des ONG nationales et internationales pour engager le dialogue avec les pouvoirs publics afin de modifier les textes fondamentaux régissant l’existence et le fonctionnement des ONG et associations signataires d’accord avec l’État.

Souhait a été émis par Mamadou Seydou Traoré que cette session se déroule sous de bons auspices, dans une ambiance apaisé entre partenaires, car il y a exactement un an de cela, jour pour jour, la 12è édition n’avait pu se tenir suite à des incompréhensions et crispations entre ces derniers.

Assurance a été donnée par le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale que son département, en plus de renouer le contact, était disposé à renforcer la synergie entre les différents intervenants à travers des concertations régulières.

Durant les travaux de cette session, les participants, ont analysé et validé le rapport de la commission de travail chargée de la redynamisation des rapports entre les deux entités (Ce dernier contient une série de documents de partenariat, résultat d’un dialogue franc et constructif) et ont également travaillé à la validation de documents consensuels de partenariat déjà adoptés par la commission.

21 février 2007.