Partager

En cette période de crise alimentaire que notre pays traverse, à l’instar de plusieurs autres ces derniers moments, la flambée du prix de la viande est devenue un mal sans remède. Plusieurs facteurs expliquent cela. La viande, une nécessité est devenu de nos jours un aliment du luxe pour des Maliens. Cette situation est inquiétante.

De 1500F CFA, le kilo de la viande varie entre 1500F et 1800F CFA. Une somme qui dépasse carrément le pouvoir d’achat d’une population malienne dont les revenus sont faibles et les problèmes sont multiples. En ce qui concerne la volaille et le poisson on en parle plus.

QUELLES EXPLICATIONS DONNER?

Et pourtant, le Mali est un pays à vocation agro pastorale, un grand pays producteur et exportateur de bovins. Ce problème lié à la viande est sans doute interne. De ce fait, d’une part si l’Etat manque de moyens nécessaires pour subventionner ce secteur. A cela, il faut ajouter que certains acteurs de ce domaine ne se soucient pas de leurs compatriotes en cas de pénurie.

Partant de cela, nous avons interrogé certains bouchers qui estiment que le problème du secteur du bétail et de la viande se situe généralement au niveau des commerçants. Ils ont fait cas de la libéralisation du marché de bétail qui se situe généralement au niveau des commerçants.

Selon eux, la libéralisation du marché de bétail est le principal problème de la hausse du prix de la viande. Certains commerçants cupides qui ont la soif de gagner beaucoup d’argent exportent tous les animaux de bonne qualité est préfèrent vendre ici ceux qui ne pourraient pas tenir sur le trajet. Une situation qui entraîne la raréfaction des produits de qualité, engendrant du coup la cherté du peu qui reste.

L’EXPORTATION ABUSIVE DU BETAIL

Aussi, ont-ils affirmé, cette situation a entraîné un endettement croissant de beaucoup de bouchers qui ont dû renoncer à cette activité. Face à cette situation d’exportation abusive et incontrôlée que connaît le secteur, certains bouchés avaient annoncé une nouvelle hausse des prix si n’est pas fait d’urgence.

Une solution de sortie de cette situation incombe aux autorités qui, en dehors de la mise en disposition de l’aliment bétail, devraient user de mesures de protectionnisme en revoyant la qualité et la quantité de têtes exportées car, le ravitaillement en aliment bétail ne semble pas être suffisant pour venir à bout de ce problème de renchérissement du prix de la viande.

La solution de ce problème doit passer par la prise de mesures nécessaires et rigides au niveau de toutes les frontières.

Ousmane BERTHE (Stagiaire)

16 avril 2008.