Partager


Le Programme de Développement Institurionel (PDI) initié en 2003 par l’Etat est une réforme en profondeur de l’administration malienne dont l’une des six composantes est la réorganisation de l’Etat central. Les audits organisationnels des services centraux et déconcentrés des ministères s’inscrivent dans ce sens.

Hier 17 juillet 2008, c’était le tour du ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. La cérémonie d’ouverture de cet atelier d’appropriation des résultats de l’audit organisationnel était coprésidée par M. Abdoul Wahab Berthé ministre du Travail de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat, département pilote de l’audit et du ministre Iba N’Diaye, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. On notait aussi la présence du Commissaire au Développement Institutionnel (CDI), M. Oumarou Ousmane Sidibé du CDI.

L’Objectif de l’audit

Dans son discours introductif, le ministre du Travail de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat a expliqué aux participants que l’objectif de cet atelier est de partager les conclusions de l’audit organisationnel du ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Il s’agit des conclusions qui ont fait l’objet de plusieurs séances de travail avec les responsables techniques de cet département.

L’objectif principal de ce travail est de rendre les structures de la direction nationale de l’Emploi et de la direction nationale de la formation professionnelle, plus performantes, stables et capables de repondre aux besoins des usagers.

Le ministre Berthé a également rappelé qu’à l’instar des autres départements, depuis 2004, le ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle avait fait l’objet d’un audit des missions dont l’objectif consistait à repertorier les missions de ces services centraux en procédant à leur classification.

Il s’agissait des missions dévolues aux services centraux, de celles exigées au porte feuille des collectivités territoriales, celles confiées au niveau déconcentré et enfin des attributions qui doivent être conférées au service privé. Toutes ses missions, selon le ministre Berthé, ont été auditées par son département à travers le Commissariat au Développement Institutionnel (CDI).

Pour terminer, il dira que cette séance de travail permettra non seulement de finaliser les projets de textes d’organisation mais surtout d’avoir un dernier regard au niveau politique sur les projets de textes avant leur introduction dans le circuit d’appropriation.


Le constat de l’audit

Quant au ministre Iba N’Diaye, il a rappelé dans son allocution d’ouverture que les audits découlent du constat d’insuffisance dans le fonctionnement de l’administration, notamment dans les domaines de l’organisation des services publics. Il a fait savoir que les structures de son département n’échappent pas à ce constat.

Déjà des audits des services et structures relevant de son département, à travers le point focal, des propositions de réforme ont été faites. Ces directives tiennent d’abord des missions de recentrage autour les stratégies d’implusion, de conception pour les services centraux et le renforcement du rôle d’exécution au niveau déconcentré.

Ces directives pour l’accueil des usagers, le traitement et l’analyse d’informations permettent un suivi évaluation interne et externe adéquat par les structures, a précisé le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Aussi deux unités, à savoir le centre des statistiques , de la communication et de l’accueil et le centre de documentation et d’informatique ont été déjà créés.

Aussi au niveau déconcentré, la réforme principale concerne la création d’une direction régionale de l’Emploi et de la formation professionnelle consacrant la fin de la double représentativité.

Les attentes

Dans son propos, plusieurs questionnaires ont attiré l’attention du ministre, notamment: les missions et l’organisation de la DNE et de la DNFP sont-elles clarifiées? La DNE et la DNFP sont-elles mieux structurées en fonction de leur vocation? Enfin les cadres organiques repondent-ils aux besoins des deux structures? Ce sont quelques questions autour desquelles les échanges de cet atelier doivent se faire. Quant aux reponses, elles visent toujours un meilleur fonctionnement et rendement de ces structures centrales, a martelé le ministre.

En déclarant donc ouvert les travaux, Iba N’Diaye a réitéré aux participants toute sa conviction que la réforme est facteur de progrès et de développement. Il a ainsi pris l’engagement d’exécuter les réformes qui seront issues de l’audit de ces structures centrales avec toute la diligence et l’efficacité nécessaires.


Hady BARRY

18 Juillet 2008