Partager

C’est le lundi 3 Novembre que se déroulera la cérémonie officielle de remise de diplômes aux étudiants sortants de l’Ecole Normale Supérieure, de trois promotions : 2006, 2007, 2008. Elle se déroulera dans l’amphithéâtre 2000 sis au Campus Universitaire de Badalabougou.

Que visent les autorités de l’éducation à travers cette idée de remise de diplôme? Quel sera l’apport de cette initiative dans la recherche de solutions aux problèmes de l’école malienne? Ce sont entre autres questions que l’on se pose.

L’ ENSUP, la FAST et la FLASH

Avec la création des filières comme la Faculté des Sciences et des Techniques (FAST) et la Faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (FLASH), on parle de moins en moins de l’ENSUP, estimant que cette école normale a perdu de sa lisibilité. En plus de cela, cela fait trois ans qu’on ne délivrait plus de diplôme aux sortants de l’ENSUP ; ils se contentaient uniquement des attestations.

Or, l’ENSUP est l’unique structure de formation des enseignants au service des établissements d’enseignement secondaire, général et de l’enseignement normal (IFM). Le constat est qu’avec la création de la FAST et de la FLASH, certaines filières n’ont jamais eu suffisamment d’étudiants.

Il s’agit des filières : math, physique-chimie, Science de la vie et de la terre, Philosophie entre autres. Consécutivement à ce déficit, il y a une insuffisance criarde d’enseignants dans plusieurs établissements d’enseignement secondaire et professionnel.

Pourquoi cette cérémonie?

C’est pour trouver une solution à cette épineuse question de manque d’enseignant que le département a décidé d’organiser la cérémonie solennelle de remise de diplômes à trois promotions d’étudiants. Il s’agit des promotions 2006, 2007, 2008.

A cet effet, il sera organisé : une cérémonie officielle de remise de diplômes par les hautes autorités, l’organisation d’un espace-emploi-enseignant permettant aux nouveaux enseignants et à leurs employeurs potentiels (Etat, collectivités locales, promoteurs d’établissements privés d’échanger et de se connaître.

Il s’agira également d’utiliser des canaux d’information afin de mieux faire connaître l’Ecole Normale Supérieure et ses filières de formation, mais aussi pour éviter les élèves et étudiants à s’y inscrire.


Les résultats attendus

Les efforts ainsi programmés visent à rehausser l’image des enseignants de l’Ecole Normale Supérieure, celle des diplômés de l’Ecole Normale Supérieure, mieux faire connaître les filières de formation de l’Ecole Normale Supérieure afin d’inciter les étudiants à s’inscrire davantage dans les différentes filières de l’Ecole Normale Supérieure.

Cette activité de promotion des filières doit passer par l’implantation de stands d’informations et de contacts avec le monde des enseignants. Pour atteindre ces résultats, le ministère des Enseignements Secondaire Supérieur et de la Recherche Scientifique développe un partenariat fécond avec plusieurs autres départements : les ministères de la Communication et des Nouvelles Technologies, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales et de l’Artisanat et du Tourisme.

Le 3 novembre est donc une date à laquelle se tiendra un événement particulièrement important en terme de recherche de solutions à la crise d’enseignant Cette étape d’informations, d’échanges doit permettre de poser les jalons qui permettront à coup sûr de relever le défit de la crise d’enseignants dont le profile correspond aux missions assignées pour une école apaisée et performante.

Rendez-vous donc à l’amphithéâtre 2000 sis au Campus Universitaire de Badalabougou pour apporter sou soutien à un projet qui aura certainement un apport décisif dans la recherche de solutions aux problèmes de l’école malienne.

Moussa SOW

31 Octobre 2008