Partager

Ceux qui poussaient des cris d’orfraie pour faire une sale guerre au Premier ministre et à son gouvernement tout en évoquant dans une vision fictive, les difficiles relations que Modibo entretiendrait avec le Président IBK, sont à coup sûr restés sur leur faim. Le Premier est toujours présent à la tête d’une nouvelle architecture gouvernementale mise en place le 15 janvier dernier. Ceux qui ont prédit à la manière des Cassandre un violent coup de balai au gouvernement, doivent eux aussi, revoir leurs copies. Un seul constat s’impose avec ce réaménagement : 4 nouveaux visages pour injecter du sang neuf et 3 ministres quittent le navire pour des raisons tout à fait logiques.

Le remaniement ministériel qui faisait les choux gras de la presse malienne pendant plusieurs semaines est officiel depuis le vendredi 15 janvier dernier. Un léger réaménagement de la charpente exécutive qui sonne, à tous points de vue, comme une tempête dans un verre d’eau. Il n’a pas eu de grands changements contrairement au coup de balai tant annoncé.
En effet, le Premier ministre Modibo Keita qui était vu comme une personnalité grillée et qui entretiendrait de difficiles relations avec le locataire de Koulouba, garde jalousement la primature, sous le regard triste de ses détracteurs.
C’est sans nul doute, le nouveau départ et le nouvel espoir pour remettre sûrement les pendules à l’heure. Même si le Gouvernement Modibo Keita a marqué plusieurs coups au compteur, il n’en demeure pas moins que tout n’est pas rose dans la gouvernance.
Avec le remaniement ministériel du 15 Janvier dernier, la question que plusieurs Maliens se posent est de savoir si le Premier ministre Modibo Keita est parvenu à corriger les tares de son gouvernement par ces 3 ministres remerciés et les 4 nouveaux visages qui viennent de faire leur baptême de feu dans le gouvernement.
En tout état de cause, ce léger remaniement prouve qu’il n’y avait pas grand-chose à modifier dans l’équipe. Ce qui doit amener les détracteurs du régime à réviser leurs copies, dans la mesure où ils avaient prédit un violent coup de balai. Tel n’a pas été le cas.

Nouvelle équipe
Quatre nouveaux ministres ont fait leur baptême de feu dans le gouvernement de Modibo Keita. En revanche, trois ministres ont été purement et simplement congédiés.
Mamadou Igor Diarra, le locataire de l’Economie et des Finances, succédé par Dr Boubou Cissé alors au département des Mines. Ce dernier cède le département à Cheickna Seydi Ahamady Diawara qui était ministre de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale. Ce département est confié depuis le 15 janvier à Abdoulaye Diop qui devient encore plus puissant.
Dr Bocary Tréta du Développement Rural a quitté le navire gouvernemental. En effet son ministère a été même divisé en deux départements dont les locataires sont désormais : Kassoum Denon à l’agriculture et Dr Nango Dembélé à l’Elevage et de la Pêche.

Les raisons du changement
La sortie la plus attendue est celle de Bocary Tréta. Compagnon de 1a première heure du Président de la République IBK, l’homme a fort malheureusement confondu vitesse et précipitation. Le désormais ex Ministre du Développement Rural n’a pas su faire une bonne lecture du jeu politique qui se dessinait depuis l’accession au pouvoir de IBK. Il aurait pu mettre en pratique son expérience politique pour se voir à l’abri de ce désespoir cuisant qu’il traverse aujourd’hui.
En effet, Treta adhérant aux principes d’une Rpmisation à outrance de l’administration malienne a creusé sa propre tombe. Le Président de la République sachant bien que la formation politique dont il était le candidat (RPM) ne représente qu’une infime partie dans son sacre de 2013. Toute chose réclamée par Bocary TRETA, SG du parti au pouvoir qui ne voulait sentir aucun allié. Ainsi, remettrait-t-il en cause toutes les propositions de nominations faites par les autres ministres qui ne concernent pas les cadres du RPM. Selon certaines sources, il se serait opposé récemment à certaines nominations du Ministre de l’Education nationale Barthelemy Togo. Malgré l’intervention du PM, Bocary Tréta aurait manqué de galanterie à celui-ci, en s’opposant farouchement à ces propositions.
Quant à l’ex locataire du département de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra, lui, a mis au devant de la scène ses ambitions pour diriger la primature. Il aurait mis certains journalistes à contribution pour mettre le Premier ministre en difficultés en leur distribuant de l’argent.

Quant à Maître Mamadou Gaoussou Diarra qui dirigeait le département de la Promotion des Investissements, selon certaines les informations, il a été remercié par un manque de résultats à la tête de son département. Espérons que le nouveau gouvernement sera à hauteur de défis.

Moussa Wélé Diallo

L’Agora du 18 Janvier 2016