Partager

Le nouveau gouvernement mis en place le vendredi 07 juillet annoncé comme inclusif avec la présence d’un membre de la CMA, vient d’être officiellement rejeté par la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à travers un communiqué datant du 08 juillet et signé par Ilad Ag Mohamed.

Décidément, rien ne semble satisfaire les ex-rebelles de la CMA. En effet, après plusieurs efforts fournis par le gouvernement pour une paix définitive au Mali, les groupes armés de la CMA ont du mal à danser au même rythme que les autres signataires de l’accord pour la paix en témoigne le rejet du nouveau gouvernement qui vient d’être formé à travers un communiqué. Dans ce communiqué, les ex-rebelles dénoncent l’information concernant la présence d’un membre de leur coordination au sein du nouveau  gouvernement en la personne de Nina Walett Intallou.

Et pourtant, la publication de la liste du nouveau gouvernement avait suscité  de l’espoir pour une résolution de la crise au Mali. La seule présence de Nina Walett, membre de la CMA au sein du gouvernement en tant que ministre de l’Artisanat et du Tourisme, est considéré comme un facteur d’apaisement et voir la fin de la crise.
A la surprise générale, le lendemain de la proclamation de la liste, la CMA à travers un communiqué signé par Ilad Ag Mohamed annonce ceci : « La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) tient à couper court aux rumeurs et supputations véhiculées par les presses malienne et étrangère au sujet de sa participation dans le nouveau gouvernement de Modibo Kéita, issu de la nomination du 7 juillet 2016.

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale qu’elle n’a déposé aucune liste, ni proposé aucun de ses membres pour figurer dans le nouvel appareil d’Etat malien et n’en a aucunement l’intention en dehors des mécanismes de concertation, de gestion et de partage du pouvoir, prévus par l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger dans lequel elle s’inscrit parfaitement », poursuit le communiqué.
Dans le même communiqué, les membres de la CMA ont annoncé leur volonté de s’inscrire dans le cadre de l’application de l’accord de paix.

Cette déclaration de la CMA vient une fois de plus anéantir le plus grand espoir que les Maliens avaient fondé sur la nouvelle équipe, considérée comme inclusive. Un autre remaniement  s’impose-t-il dans un bref délai? Difficile de savoir, mais les prémices prouvent que cette nouvelle équipe a moins de chance de durer aux affaires.

En tout cas, l’entrée des membres des groupes armés de façon officielle est désormais une question de jours pour éviter toutes autres interprétations.

Y. Doumbia

11 Juillet 2016