Partager

Le Réseau malien des consommateurs de la téléphonie mobile (Remacotem) et Orange-Mali étaient, pour la deuxième fois, devant le Tribunal de première instance de la Commune IV du district de Bamako, hier 8 octobre.

Présidée par le vice-président du Tribunal, Noumadi Kanté, l’audience s’est déroulée dans des conditions particulières. En plus du cadre de jugement, un petit bureau, Remacotem, qui n’avait pas d’avocat, était représenté par son président en personne, Dr Adama Traoré. Quant à Orange-Mali, elle était représentée par ses avocats, en l’occurrence Maîtres Mamadou Tounkara et Alassane Diop.

A travers ce procès, Remacotem entend amener le Tribunal à obliger son adversaire à diminuer le tarif de communication de la ligne spéciale 802 27 27 attribuée par l’opérateur au Consulat de France pour la prise de rendez-vous pour le visa de 300 FCFA à 85 FCFA.

Cette requête de Remacotem a été rejetée par l’avocat de la défense, Mamadou Tounkara. Il estime que les accusations portées contre son client : l’inaccessibilité du numéro 802 27 27, l’exploitation des usagers de la téléphonie par an à un coût de cinq milliards de franc, constituent un préjudice contre Orange-Mali.

Au terme de son argumentaire, Maître Tounkara déclare que «la requête de Remacotem est mal fondée»

Maître Alassane Diop, un autre avocat défenseur de Orange-Mali, a soutenu que ce procès est celui de l’Ambassade de France ou de Call Me et non de Orange-Mali. «il est impossible qu’un juge étatique intervienne dans le domaine concurrentiel car celui-ci relève d’abord de la compétence de la DNCC» a-t-il laissé entendre.

Le juge Noumadi Kanté a prévu de prononcer le verdict, le lundi 14 octobre.


Samba TRAORE

09 Octobre 2008